Patrimoine normand

Château et jardins de Sassy

Château et jardins de Sassy

Sassy en Écouves : l’enfant de la forêt. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand.)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°105
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Vu des terrasses, le jardin à la française séduit par ses arabesques et ses topiaires, soigneusement ordonnés autour du bassin central. Derrière l’orangerie et ses marquises de tilleuls, on découvre l’horizon lointain de la campagne d’Argentan, ses prairies et ses fermes, analogue à ce qu’elle était sous l’Ancien Régime. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Vu des terrasses, le jardin à la française séduit par ses arabesques et ses topiaires, soigneusement ordonnés autour du bassin central. Derrière l’orangerie et ses marquises de tilleuls, on découvre l’horizon lointain de la campagne d’Argentan, ses prairies et ses fermes, analogue à ce qu’elle était sous l’Ancien Régime. 
(Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand.)

À Saint-Christophe-le-Jajolet, au cœur du parc naturel régional Normandie-Maine, le château de Sassy magnifie la forêt d’écouves, sublime tête couronnée sur le corps nu de la sylve millénaire. La rigoureuse beauté de son jardin à la française contraste avec le foisonnement du massif forestier, son opposé et son complément, en une remarquable alliance du sauvage et de l’apprivoisé.

Il y a Vaux-le-Vicomte, Versailles, et… Sassy ! Exagéré ? À peine, au vu du résultat. Certes, ni le château normand, ni son jardin ne sont contemporains des merveilles du Grand Siècle, mais le même esprit a présidé à leur réalisation, servie par une implantation géographique privilégiée qui ne doit rien au hasard.
 

LA FORÊT ET LA CHASSE

C’est indéniablement en vue de pratiquer la chasse que beaucoup de propriétaires greffent leurs châteaux sur les massifs forestiers. Si au Moyen Âge cette activité est considérée à juste titre comme un entraînement à la guerre, il serait réducteur d’invoquer cette seule raison : en un temps où les distractions sont rares, la chasse constitue pour les seigneurs le loisir par excellence, celui où ils donnent libre cours à leur énergie physique et à leurs instincts virils. Ils chassent par...
 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand


VIDÉO :


Plus beau vu d’en haut
Vue du ciel, la broderie du jardin à la française apparaît dans sa délicatesse et la rigoureuse symétrie qui règne de l’orangerie à l’allée forestière. Ce « tapis persan » s’oppose à la brute futaie dont il est indissociable. La douve de gauche canalise l’eau de la source de saint Évroult. Réservées à la promenade et à la contemplation, les terrasses sont volontairement exemptes de toute plantation. À droite du château, les communs et les écuries frôlent les arbres du massif. À gauche, la chapelle vient en contrepoint religieux et romantique de cet élément utilitaire. Ce sont deux mondes qui se côtoient et s’opposent : d’une part le triomphe de la raison cartésienne par l’extrême précision de ses figures géométriques ; de l’autre la fantaisie et l’émotion propres aux sinuosités du paysage anglais. Le classicisme et la liberté. La connaissance et l’imagination. 
(Vidéo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand.)
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand