Patrimoine Normand magazine

 

Les saints dans la Normandie médiévale

Mardi 8 Avril 2008
Les saints dans la Normandie médiévale

Les saints dans la Normandie médiévale (© DR).


Extrait Patrimoine Normand N°09.
Par Jean-Jacques Bertaux.

Jean-Jacques Bertaux, conservateur du musée de Normandie, nous rappelle le rôle des saints du Haut Moyen Age dans l'évangélisation et les formes de dévotion populaire les entourant encore aujourd'hui.

Voyageurs et sédentaires pour dieu
dans la future normandie du Haut Moyen Age

Les hommes qui peuplent les contrées allant de l'embouchure de la Bresle à celle du Couesnon ont été chrétiens bien avant que des pirates scandinaves viennent, en s'établissant parmi eux, leur donner leur nom de Normands.
Pendant les deniers siècles de l'Empire romain, la foi nouvelle a été diffusée à partir du bassin méditerranéen. Elle a d'abord gagné les villes, et c'est ainsi que sept des chef-lieux des cités gallo-romaines de la Lyonnaise Seconde (actuelle Normandie) sont devenus le siège des évêchés de la province ecclésiastique de Rouen. Au cours des siècles suivants, pendant la période que nous appelons le Haut Moyen Age, la christianisation s'est étendue très progressivement aux campagnes par une action où le monachisme, sous des aspects et par des moyens contrastés, a joué un rôle fort important. Là encore, les modèles premiers venaient du plus loin du monde méditerranéen. C'est en Egypte que saint Antoine, le « Père des Moines
», et saint Pacôme avaient, au tournant du IIIe siècle au IVe siècle, expérimenté les deux versions de la vie monastique : la vie solitaire de l'ermite, la vie communautaire du cénobite. Ces modèles se propagèrent rapidement ; ils allaient revêtir dans le monde celte - Gaule et les Iles Britaniques - des formes adaptées à une évangélisation extensive de ces contrées.
Pour la Gaule, celle de l'Ouest en particulier, la première manifestation décisive et symbolique de ce mouvement est l'action de saint Martin, formé à la vie religieuse par saint Hilaire, évêque de Potiers, en 372, Martin fonde près de Tours le monastère de Marmoutier. Rien à voir avec les abbayes plus tardives : Marmoutier est une réunion de cabanes dont chacune est occupée par l'un des disciples de Martin. Or celui-ci est devenu évêque de Tours. Moine-évêque, il parcourt les campa...

Il vous reste 64 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas