Patrimoine Normand magazine

 

L’esprit cauchois

Jeudi 31 Janvier 2008
L’esprit cauchois

Au fond de la cour plantée de pommiers, la masure cauchoise. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand).


Extrait Patrimoine Normand n°34.
Par Alexandre Vernon.

 
Une Cauchoise du siècle dernier raccommodant son châle en cachemire. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand).
Une Cauchoise du siècle dernier raccommodant son châle en cachemire. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand).

Architecture et intérieurs du pays de Caux

Depuis les temps les plus anciens, avec les Calètes puis avec les Vikings, et jusqu’aux bons Normands d’aujourd’hui, les habitants du pays de Caux sont tous profondément enracinés dans leur terre. Que ce soit les ruraux du plateau d’Yvetot, les marins de la côte d’Albâtre et aussi les citadins des campagnes environnantes. La demeure authentique normande, dans son architecture comme dans son aménagement intérieur, se ressent de cette influence. Elle s’intègre au paysage dans une parfaite harmonie, utilisant les matériaux de son sol, c’est-à-dire le bois, la paille ou le roseau, le grès et le silex. Le climat, davantage que la topographie de son environnement, a déterminé les structures de l’habitat en Haute-Normandie. Celui-ci, relativement doux et humide a favorisé dans les premiers temps l’implantation de maisons basses et allongées, en pisé et en colombages dont les champs forment comme un immense patchwork de verdure. Plus tard se sont édifiées les maisons en pierre ou en briques, tout en gardant leur élégance simple d’origine, comme poussées directement de la terre. On remarquera le caractère particulier du pays de Caux par la présence des clos-masures, ces grands quadrilatères fermés des quatre côtés par des rideaux d’arbres à haute tige. Car sur ce plateau ouvert, avec ses falaises sauvages coupées de valleuses étroites et profondes, souffle le plus souvent un vent d’ouest particulièrement violent. Pour s’en protéger, les maisons se sont entourées de talus (on dit des « fossés » par ici) sur lesquels de grands hêtres sur un ou deux rangs offrent une protection efficace. L’exploitation fermière s’en trouvera agrandie et la sévérité de son aspect sera en rapport avec la rudesse de son atmosphère. Et dans cette vaste cour plantée de pommiers trapus, lorsque les lignes verticales de ses colombes, en rappel des colonnes monumentales des arbres qui l’entourent, coupent l’horizontalité de la propriété ainsi que des faîtages fleuris des divers bâtiments, un sentiment d’une mystérieuse continuité se dégage au-delà des limites de la vue. Dans ces oasis empreintes d’une certaine austérité, l’intérieur des chaumières ainsi que les manoirs n’en est que plus intime, plus chaleu...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand n°116

N°116
Janvier-Février-Mars 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

hors-séries


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas