Patrimoine normand

 

Colette sur les pas de son frère déporté

Mardi 27 Juillet 2021
Colette sur les pas de son frère déporté

Colette Marin-Catherine. (© Ghislain Quétel)

Jean-Pierre Catherine. (© Coll. Colette Marin-Catherine)
Jean-Pierre Catherine. (© Coll. Colette Marin-Catherine)

Arrêté à Caen en 1943, Jean-Pierre Catherine, jeune résistant de 17 ans, est déporté dans un camp de travail allemand. Un film documentaire, primé aux Oscars, relate le pèlerinage mémoriel de sa sœur Colette à Nordhausen, ville où son frère a vécu les derniers jours de sa courte vie.

Né le 12 mars 1926 à Norrey-en-Bessin, Jean-Pierre Catherine est élève sous-officier de la marine marchande à Caen. Il entre en résistance avec quelques amis et intègre le Front national et le Front patriotique de la jeunesse en 1942. Il distribue des tracts et journaux clandestins, cache des armes et aide des réfractaires au STO à se camoufler. Le 11 novembre 1942, en compagnie de Raymond Lecanu, il dépose des gerbes de fleurs sur des monuments aux morts. Huit mois plus tard, avec la complicité de Lucien Brière, la Gestapo arrête Jean-Pierre en pleine classe. Condamné aux travaux forcés, il est détenu à Caen jusqu’au 22 septembre 1943, puis à Fresnes, au fort de Romainville, et à Natzweiler-Struthof, en Alsace. Déporté Nacht und Nebel (Nuit et brouillard), il est transféré pour être jugé à Breslau. À la suite de l’avancée de l’Armée rouge, de Gross Rosen, il est évacué vers Mittelbau-Dora le 8 février 1945, sous le matricule 111210. Son ami Jean-Pierre Couturier et lui sont affectés au Block 7 et ils travaillent comme des forçats dans l’usine souterraine, Kommando 55, pour assembler probablement des V1. Dormant sur le sol, malade, il est conduit à la Boelcke Kaserne de Nordhausen. N’ayant pu résister aux conditions de vie effroyables et aux mauvais traitements, il décède le 22 mars 1945 dans les bras de son camarade. Son frère Gaston, né en 1917, réfractaire au STO, est arrêté à Paris et meurt au retour de déportation.
 

Un Oscar pour Colette

En mai 2019, de Bretteville-l’Orgueilleuse à Dora, Colette Marin-Catherine et Lucie Fouble, étudiante de Saint-Omer, sont les actrices d’un documentaire émouvant et bouleversant intitulé Colette, gratuit sur le site du Guardian. Colette évoque avec émotion la jeunesse de Jean-Pierre, « intelligent, parlant deux langues, beau garçon qui rêvait d’intégrer la marine marchande. » Confrontée au douloureux passé, elle se rend dans l’usine souterraine où des déportés assemblent jour et nuit les pièces des V1 et des missiles V2, et dans le crématoire où son frère a été incinéré le 25 mars 1945. « Je ne suis pas allée là-bas pour ouvrir des plaies, mais pour un pèlerinage. J’ai pardonné, mais je n’ai rien oublié.» Le jour des 92 ans de Colette, 25 avril 2021, à Los Angeles, le court-métrage documentaire reçoit un Oscar qui sera présenté en septembre 2021 au Mémorial de Caen.
 

L’ENFER SUR TERRE...
 
Mittelbau-Dora est un camp de concentration et d’extermination par le travail en Allemagne. D’avril 1943 à avril 1945, près de 9000 déportés français ont creusé des tunnels pour installer un site d’assemblage de fusées V2 censées anéantir l’Angleterre. Victimes des traitements nazis, des souffrances, des maladies, plus de la moitié des prisonniers sont morts dans l’enfer du camp. À la libération par les Alliés, des scientifiques allemands ont été évacués vers les USA, l’URSS, la France, pour poursuivre des recherches en balistique ou pour l'exploration spatiale.
 
Pour la première fois en Normandie, une Stolperstein a été scellée le 11 novembre 2019 sur le trottoir devant la maison familiale au 41, rue de Bayeux, à Bretteville-l’Orgueilleuse. Les Stolpersteine (littéralement « pierres d’achoppement », « pierres sur lesquelles on peut trébucher ») sont des pavés de 10 x 10 cm, œuvres du sculpteur berlinois Gunter Demning, disposées devant les anciens domiciles de victimes du nazisme. (© Ghislain Quétel)

Pour la première fois en Normandie, une Stolperstein a été scellée le 11 novembre 2019 sur le trottoir devant la maison familiale au 41, rue de Bayeux, à Bretteville-l’Orgueilleuse. Les Stolpersteine (littéralement « pierres d’achoppement », « pierres sur lesquelles on peut trébucher ») sont des pavés de 10 x 10 cm, œuvres du sculpteur berlinois Gunter Demning, disposées devant les anciens domiciles de victimes du nazisme. (© Ghislain Quétel)  

Approfondir
 
> Anthony Giacchino, Colette, film documentaire accessible gratuitement sur le site du Guardian.
> Collectif, Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, conseil général du Calvados, direction des archives départementales, 1er trimestre 2004.
> Thiery L. (dir.), Le livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora, Paris, Cherche-Midi, 2020.  

 


Colette :


Article publié dans Patrimoine Normand n°118, par Ghislain Quétel.

Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 118 - Plages de Normandie

N°118
Juillet-Août-Septembre 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

Hors-série


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand