Patrimoine normand

La Ferriere-sur-Risle - Balade en nostalgie...

Vendredi 10 Avril 2015
La Ferriere-sur-Risle - Balade en nostalgie...

Les halles médiévales de La Ferriere-sur-Risle. Ici, le temps semble s'être arrêté. (© Christiane Lablancherie)


Christiane Lablancherie

Extrait Patrimoine Normand n°93
Par Christiane Lablancherie.

 
La Ferrière, appelée autrefois Ferraria en raison de ses gisements de fer. (© Christiane Lablancherie)
La Ferrière, appelée autrefois Ferraria en raison de ses gisements de fer. (© Christiane Lablancherie)

Si l'hiver a un peu grippé vos muscles, voici la randonnée idéale pour vous dérouiller. Ancienne cité du fer, La Ferrière-sur-Risle a tous les atouts pour vous séduire. Ce petit village de carte postale, l'un des plus joli du pays d'Ouche, va vous entraîner au cœur d'une vallée verdoyante, avec la promesse de découvrir des paysages inédits.

Le rendez-vous du passé

Le plus dur sera de quitter le bourg pour vous égayer dans les chemins alentour vers Champignolles. Car ici, à La Ferrière, tout est charmant : rues, maisons à pan de bois, église du XIIIe siècle, halle médiévale. C'est bien simple : vous n'allez pas savoir où donner du regard. Cette commune, l'une des plus petites de France avec ses 17 hectares, concentre tout ce dont un promeneur un peu curieux a besoin : une farandole de maisons attrayantes, une rivière vivace, de coquets jardins et un calme parfait. Prenez donc votre temps et appréciez la bourgade à sa juste valeur. Commencez par le haut du village, du côté des anciennes tanneries transformées en lieu culturel. En 1930, il fallait enjamber les rails qui reliaient les deux bâtiments et on pouvait voir un petit wagonnet allant de l'un à l'autre. En dehors des travaux des champs qui employaient des journaliers, les ouvriers n'avaient pas d'autre endroit où se faire embaucher. Faute de mieux, ils travaillaient ici, sans relâche, 10 heures par jour. Un métier ingrat qui rapportait une misère. Un maître tanneur aurait même demandé à la Compagnie de Chemins de Fer de l'Ouest, de ne pas laisser passer la ligne Évreux-L'Aigle près de La Ferrière, par peur de perdre sa précieuse main d’œuvre bon marché, susceptible d'aller gagner sa vie ailleurs avec des travaux moins contraignants et mieux rétribués. Les tanneries fermè...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand