Patrimoine normand

Périers-sur-le-Dan - L’église au singulier

Jeudi 31 Janvier 2008
Périers-sur-le-Dan - L’église au singulier

Périers-sur-le-Dan. Bel exemple d’opus spicatum. À Périers, cet appareil remonte au VIIe siècle et constitue l’une des rares façades conservées en si bon état. (© Lucia Minart)


Lucia Minart

Extrait Patrimoine Normand n°50
Par Lucia Minart.

 
L'une des plus anciennes tombes du double cimetière protestant et catholique de Périers-sur-le-Dan. (© Lucia Minart)
L'une des plus anciennes tombes du double cimetière protestant et catholique de Périers-sur-le-Dan. (© Lucia Minart)

Si chaque église est unique, certaines sont plus singulières que d’autres. L’église Saint-Ouen de Périers-sur-le-Dan entre dans cette catégorie. Particularités architecturales, curiosités esthétiques, richesses historiques, tout y est pour faire de cette église un passage obligé d’une escapade dans le Bessin.

À la sortie du village de Périers-sur-le-Dan, située dans la courbe d’un virage, se niche l’église de Saint-Ouen. Théâtre de quatorze siècles d’histoire, cette église détient des secrets inviolés. Le plus curieux ne réside-t-il pas dans sa situation géographique : bien loin de l’animation du village actuel. Famine, guerres, épidémies ? Toutes les hypothèses sont émises pour expliquer l’éloignement de ce lieu de culte si différent des autres. Pourtant, dans les toutes premières pages de ses annales, ce site était bien au cœur d’une activité importante. La présence d’une voie gallo-romaine au nord de l’édifice, reliant Rotomagus (Rouen) à Augustodorum (Bayeux) ainsi que la découverte de monnaies et de médailles issues d’une forge romaine, le confirment. Ensuite, l’histoire s’accélère. La christianisation enthousiaste du VIIe siècle donnera naissance à de nombreux lieux de culte, dont la paroisse de Saint-Ouen. Aujourd’hui, la nef est en ruines, certaines pierres tombales et notamment celles du cimetière protestant sont depuis longtemps devenues des vestiges. On n’y célèbre plus qu’une seule messe par an, le dernier dimanche d’août, en l’honneur de Saint Ouen. Pourtant, le site reste exceptionnel.
 

Des arêtes de poisson en guise de mur

La vieille grille de fer forgé enchâssée entre deux chapiteaux dentelés marque l’entrée du domaine. Une fois encore, rien ne permet de soupçonner la présence d’une église au bout du chemin. On s’attend plutôt à découvrir l’une de ces fermes for...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand