Patrimoine normand

Nouvelles perspectives au château de Caen

Vendredi 2 Mai 2008
Nouvelles perspectives au château de Caen

Château de Caen. Une allée piétonnière, évocation de l’accès ancien des pièces d’artillerie, laisse au visiteur libre accès à la terrasse. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°66
Par Thierry Georges Leprévost.
 
Cette muraille est sans doute la première partie apparente d’une vaste salle du XIIe siècle de l’époque de Richard Cœur de Lion. Elle a été réutilisée comme mur pour la maison du XVe. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)
Cette muraille est sans doute la première partie apparente d’une vaste salle du XIIe siècle de l’époque de Richard Cœur de Lion. Elle a été réutilisée comme mur pour la maison du XVe. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)

Au sens strict comme au sens figuré, de nouvelles perspectives s’ouvrent dans le prestigieux cadre historique de la forteresse édifiée par Guillaume le Bâtard. Au pied des remparts nord et ouest, l’extension du Musée de Normandie est en cours d’achèvement. Et, surprise : adossé à cette nouvelle structure, on a découvert un mur du XIIe siècle, probable premier élément d’une salle médiévale qui reste à mettre au jour.

Des fouilles fructueuses

Tandis que, plus haut, on procédait à la restauration des remparts et à la restitution de la terrasse d’artillerie du XVIe siècle, dite Terrasse du Cavalier, sous le niveau du sol se déroulait une formidable opération de déblaiement en vue de créer un nouvel espace nécessaire au musée de Normandie, devenu trop à l’étroit dans l’ancien Palais des Gouverneurs (lire : Caen - La renaissance d’une forteresse). Une fois la terre disparue, on y a fait deux découvertes majeures : parallèle à l’Échiquier, les restes d’une forge du XIVe siècle encore pourvue de graffiti à l’angle des deux pans de mur subsistants ; et une maison du XVe siècle avec sa cheminée. Or, le mur septentrional de cette habitation excède amplement les nécessités de sa construction, et pour cause : daté du XIIe siècle par les archéologues, il faisait partie d’une salle palatiale qui a dû réunir la cour de Richard Cœur de Lion lors des fréquents séjours en Normandie du Duc-Roi Plantagenêt ! Autant de vestiges qu’il convenait de conserver en les mettant en valeur, sans pour autant renoncer aux travaux envisagés. Il a donc fallu les y intégrer. Une réu...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand