Patrimoine normand

Deauville, gestation d’une cité

Mercredi 13 Juillet 2011
Deauville, gestation d’une cité

Donon, Morny, Oliffe : le trio à l’origine de la station deauvillaise. (© Coll. Gilbert Hamel)


Extrait Patrimoine Normand n°78
Par Thierry Georges Leprévost & Gilbert Hamel.
 

Au milieu du XIXe siècle, Deauville n’est encore qu’un modeste village d’une centaine d’habitants, discrètement niché sur un flanc du coteau de Canisy. L’irruption de trois hommes d’affaires avisés va sortir la petite commune de l’anonymat.

Au commencement était Trouville. C'était déjà vrai de Thorulfvilla (ou Turoldvilla), qui a précédé Auevilla au temps du duché de Normandie. C'est encore vrai de Trouville-sur-Mer par rapport à Deauville sous le Second Empire, et même avant. Car Trouville est l'une des toutes premières stations balnéaires de la côte normande, qui naît à l'emplacement d'un petit port de pêche sous la Monarchie de Juillet, grâce à sa fréquentation à partir de 1825 par de nombreux artistes qui le feront connaître et apprécier : les peintres Charles Mozin, Paul Huet, Louis Godefroy Jadin, Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Isabey et Jean-Baptiste Camille Corot, pour ne citer que les plus réputés, qui logent pour la plupart à l'auberge de la mère Ozerais ; et aussi les écrivains Alphonse Karr et Alexandre Dumas ; ce dernier ne manque pas de le mentionner dans ses Mémoires :

« Je me rappelai , comme on se rappelle un rêve, que mon bon ami Huet, le paysagiste, le peintre des marais et des grèves, m'avait parlé d'un charmant village au bord de la mer où il avait failli s'étrangler avec une arête de sole, et que ce village s'appelait Trouville. »

La mode anglaise des bains de mer a franchi la Manche, séduisant les familles fortunées, bourgeoises et aristocratiques. Dieppe se convertit aux bains de mer en 1812, précédant d'une trentaine d'années Trouville qui, devenu Trouville-sur-Mer, se voit orné de chalets, demeures somptueuses et disparates, bâties de manière anarchique au gré des propriétaires, des architectes et des terrains disponibles. Ceux-ci deviennent de plus en plus rares et, victimes de l'exiguïté de la commune cernée par la Touques, la mer et la colline, viennent vite à man...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand