Patrimoine normand

La bataille de Normandie - Des plages du débarquement aux rives de la Seine

Samedi 17 Mai 2014
La bataille de Normandie - Des plages du débarquement aux rives de la Seine

Des soldats américains s'appuient mutuellement au passage des trouées dans les haies, à l’approche de Saint-Lô(© US National Archives)


Marc Laurenceau

Extrait du hors-série Normandie 44.
Par Marc Laurenceau.
 
À Omaha Beach, comme sur les autres plages de débarquement, la chaîne logistique se met rapidement en place. (© US National Archives)
À Omaha Beach, comme sur les autres plages de débarquement, la chaîne logistique se met rapidement en place. (© US National Archives)

Durant 90 jours, à compter du 6 juin 1944, la terre de Normandie est le théâtre de nombreux et violents combats qui marqueront durablement l’histoire de la région. Alors qu’au soir du Jour J le generafeldmarshall Erwin Rommel estime déjà que la bataille est perdue pour les Allemands, les Alliés ne parviennent pas à percer le front aisément. Ils sont opposés à de redoutables unités qui défendent bec et ongles chaque village, chaque ferme.

Au soir du 6 juin 1944, beaucoup des objectifs initialement prévus sont encore à atteindre. La tête de pont alliée est solidement ancrée en Normandie, mais elle n'est pas encore à l'abri d'une contre-attaque allemande d'envergure, appuyée par les divisions de chars. La vaste armada continue de débarquer sur les plages les renforts divers et les précieux canons antichars. La prise de Caen, prévue dans la journée du 6 juin, est ajournée : ayant trop d'avance, les chars britanniques ont perdu le soutien de l'infanterie. Ils se trouvent bien à quelques kilomètres de la préfecture du Calvados, mais sont obligés de se replier.
 

« La bataille suprême est engagée »

C'est par ces mots que le général de Gaulle annonce le débarquement allié sur les ondes de Radio-Londres. Dans l'autre camp, le generafeldmarshall Rommel, commandant du groupe d'armées B, fait part de son inquiétude. C'est l'un des seuls généraux allemands à réaliser que la bataille est perdue : selon lui, la tête de pont est trop bien établie et les chars allemands n'ont pas été engagés assez rapidement. Mais le bocage normand, avec ses haies infranchissables qui rendent les chars particulièrement vulnérables, reste favorable à la défense. Les officiers généraux de l'état-major allemand, réunis au poste de commandement de Rommel à La Roche-Guyon, sont majoritairement persuadés que ce débarquement en Normandie n'est qu'une vaste opération de diversion, qui cache un débarquement de plus grande envergure, dans le Pas-de-Calais. Ils sont trompés par les faux renseignements envoyés par les services amé...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




La Seconde Guerre mondiale en Normandie

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand