Patrimoine normand

Omaha Beach - Quand l'ombre de la défaite plane sur l’opération Overlord

Samedi 17 Mai 2014
Omaha Beach - Quand l'ombre de la défaite plane sur l’opération Overlord

Omaha Beach - Quand l'ombre de la défaite plane sur l’opération Overlord. La rampe du LCVP vient de s’ouvrir. Les soldats américains foulent le sol de France alors que les combats font rage tout le long de la côte. (© US National Archives)


Marc Laurenceau

Extrait du hors-série Normandie 44.
Par Marc Laurenceau.
 
Bombardement de la pointe du Hoc le 25 mai 1944 à 18 heures, par trois vagues successives d’appareils Douglas A-20 Havoc. (© US National Archives)
Bombardement de la pointe du Hoc le 25 mai 1944 à 18 heures, par trois vagues successives d’appareils Douglas A-20 Havoc. (© US National Archives)

Pendant près d’une demi-journée, les forces américaines manquent d’être rejetées à la mer par les défenseurs allemands postés sur le plateau dominant la côte, ainsi que sur la falaise de la pointe du Hoc. Les pertes des assaillants sont telles que le débarquement en hommes et en matériel est temporairement suspendu, faisant craindre l’échec total de toute l’opération Overlord.

La plage se situe à douze kilomètres à l'est d'Utah Beach. Elle se compose des localités de Vierville-sur-Mer à l'ouest, Saint-Laurent-sur-Mer au centre et des villages de Colleville-sur-Mer et du Grand-Hameau à l'est. Un plateau la surplombe et quatre valleuses permettent de rejoindre l'intérieur des terres.
 

Le site de l'attaque

Le 16e régiment de la 1re division d'infanterie et le 116e régiment de la 29e division d'infanterie sont désignés pour attaquer la plage, divisée en quatre grandes zones de débarquement. Ces secteurs sont nommés, d’ouest en est, « Charlie », « Dog », « Easy » et « Fox ». En fonction du déroulement de l'attaque de la pointe du Hoc, programmée au même moment, les unités peuvent être renforcées par les 2e et 5e bataillons de Rangers. Ces formations militaires sont placées sous le commandement du major general Leonard T. Gerow, commandant le 5e corps d'armée américain, et du lieutenant general Omar N. Bradley, commandant la 1re armée américaine. Les Allemands qui tiennent ce secteur appartiennent au Grenadier-Regiment 916 de la 352. Infanterie-Division, ainsi qu’au Grenadier-Regiment 726 de la 716. Infanterie-Division. Ces derniers disposent de dix-sept points de défense, dont huit points d'appui infranchissables. Murs antichars, champs de mines, nids de mitrailleuses, lance-flammes, abris pour mortiers, canons de divers calibres, interdisent les accès aux valleuses et bénéficient d’une position élevée tout particulièrement favorable à la défense.

La pointe du Hoc, située à six kilomètres à l'ouest, est couronnée par une batterie allemande encore en construction en juin 1944 : six obusiers de 155 mm, de fabrication française (155 mm GPF modèle 1917) et datant de la Première Guerre mondiale, y sont théoriquement installés, perchés au sommet de falaises rocheuses hautes de 25 à 30 mètres. Les artilleurs qui les servent appartiennent à la 2e batterie de l'Heeres-Küsten-Artillerie 1260 et sont commandés par l'Oberleutnant Frido Ebeling. Pour les Alliés, il est essentiel de s'en emparer afin de dégager les deux plages amér...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




La Seconde Guerre mondiale en Normandie

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand