Patrimoine normand

L’incroyable exploit des Rangers de la pointe du Hoc

Mercredi 30 Mars 2022
L’incroyable exploit des Rangers de la pointe du Hoc

La pointe du Hoc aujourd’hui, vue du point d’arrivée des péniches des Rangers. La partie dans l’ombre devait être escaladée par la Company D du 2nd Ranger, mais il en fut tout autrement. (© Hubert Groult)


Hubert Groult

Extrait Patrimoine Normand n°121
Par Hubert Groult.

 
Les Rangers à Achnacarry se sont entraînés comme les Anglais et les Français. Nous voyons ici, en janvier 1943, des commandos traverser une rivière sur un pont de singe et pris sous de violents tirs d’artillerie. (H 26620, IWM)
Les Rangers à Achnacarry se sont entraînés comme les Anglais et les Français. Nous voyons ici, en janvier 1943, des commandos traverser une rivière sur un pont de singe et pris sous de violents tirs d’artillerie. (H 26620, IWM)

Le 6 juin 1944, la pointe du Hoc, position allemande juchée sur des falaises de plus de 30 m de haut, est l’objectif le plus difficile de tout le Débarquement. Si sa prise est réussie, cela sera considéré comme un miracle. On confie la mission à l’élite de l’armée américaine, les Rangers, chargés de ce que le lieutenant general Bradley ne manque pas de décrire comme « la plus dure des missions ». Voici leur incroyable exploit.

Les Rangers sont des fantassins d'élite de l’US Army, hautement entraînés et prêts à en découdre avec n’importe quel adversaire. Quand en janvier 1944 on présente l’objectif du Hoc au major Rudder et au chef de Battalion Max F. Schneider, qui commandent ces guerriers, l’officier de renseignement de l’admiral Hall fait remarquer : « C'est infaisable ; trois vieilles femmes avec des balais pourraient empêcher les Rangers d'escalader cette falaise. » Il faut en effet gravir un promontoire sous le feu de l’ennemi, puis, une fois sur les hauteurs, prendre la position entière et notamment ses 6 redoutables canons de 155 mm. Rudder dit alors au lieutenant general Omar Bradley : « Monsieur, mes Rangers peuvent faire ce travail pour vous. »
 

Un entraînement acharné

Les hommes de Rudder n’ont pas le choix : il faut obéir aux ordres. Ils sont des volontaires suivant un entraînement acharné depuis deux ans. Les tout premiers Rangers de la Seconde Guerre mondiale, incorporés dans le 1st Ranger Battalion, ont commencé leur entraînement dès le mois de juillet 1942 à Achnacarry, un village à l’ouest de l’Écosse. C’est dans ce lieu même que se préparent les commandos britanniques, et aussi le commando Kieffer qui débarquera à Ouistreham. Une cinquantaine de Rangers participent au raid tragique sur Dieppe, en août 1942. En novembre de la même année, ils sont en...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand