Patrimoine normand

Dans la catégorie "saga de guillaume le conquerant" :

Articles publiés dans la rubrique « Saga du septième duc » du magazine Patrimoine Normand. Guillaume le Conquérant fut incontestablement le plus grand Normand de toute la période médiévale. En marquant l'Angleterre d'une empreinte indélébile qui orientera aussi le destin de la France pendant plusieurs siècles, il se hisse historiquement à un rang proche de celui de Charlemagne. Agrémentée d'illustrations abondantes et variées basées sur des documents et monuments d'époque, cette biographie novatrice s'appuie sur les chroniques des XIe et XIIe siècles. Une saga qui place le lecteur au coeur du personnage, à travers un style alerte et direct accessible à tous, sans jamais s'écarter de la réalité des faits. Au fil des mois, nous allons vous narrer le fabuleux destin de celui qui, né bâtard d'un cadet de famille et d'une routurière, mourra monarque d'un état fort, respecté par l'église, craint par des rois, envié par tous.
L’héritage de Guillaume le Conquérant

L’héritage de Guillaume le Conquérant

Peu de figures de l’Histoire ont laissé à la postérité autant de traces positives que Guillaume de Normandie. On pourrait citer Charlemagne, Louis XIV, Napoléon, De Gaulle… L’héritage du Bâtard est assurément l’un des plus importants du Moyen Âge, puisque l’extrême richesse de son règne exerce encore des effets notables sur l’Europe du XXIe siècle.

Lire cet article
Guillaume le Conquérant - La dernière demeure du duc-roi

Guillaume le Conquérant - La dernière demeure du duc-roi

Le duc est mort !… Dans l’abbaye, la nouvelle se répand en quelques instants : le duc est mort ! Le duc est mort !… On s’y attendait depuis trois semaines, mais, paradoxalement, quand l’événement survient, on refuse tout d’abord d’y croire. Le duc est mort ? Mais hier encore, il parlait normalement à ses proches, il les conseillait comme aux plus beaux jours de son âge ! Et ce matin, plus rien ? Le duc est mort… Après quatre décennies d’un pouvoir absolu, Guillaume le Conquérant a quitté la vie terrestre. Pourtant, il paraissait indestructible.

Lire cet article
1087 – Mort de Guillaume le Conquérant

1087 – Mort de Guillaume le Conquérant

Les chroniqueurs se sont toujours ingéniés à trouver des justifications a posteriori aux phénomènes naturels ou aux catastrophes. Ainsi en 1064, le passage pourtant inévitable de la comète de Halley fut-il interprété comme un présage funeste pour Harold de Wessex. 1087 n’échappe pas à cette tendance. Après la rédaction du Domesday Book, dont ce seul surnom populaire exprime clairement des implications néfastes, cette année-là accumule en Angleterre accidents et calamités en tous genres : épidémies, famines, incendies… dont on connaît cependant des précédents peu suspects de jugement divin. Aussi ne sera-t-on pas étonné qu’elle soit aussi celle de la mort du roi.

Lire cet article
Le Domesday Book

Le Domesday Book

À la fin de 1084, Guillaume doit quitter la Normandie. Ses agents de renseignements lui ont fait parvenir les nouvelles d’une inquiétante coalition du côté de la Mer du Nord. Si le chef apparent en est le roi Knut de Danemark, l’âme de la menace n’est autre que le nouveau comte de Flandre, son vieil ennemi Robert le Frison, dont la fille a épousé le roi danois.

Lire cet article
Guillaume le Conquérant - Vers la fin d’un règne : les années 1080

Guillaume le Conquérant - Vers la fin d’un règne : les années 1080

Le duc est désormais vieillissant, et son bilan mitigé. Privée de son fils aîné et de son frère Odon, sa famille proche va encore s’amoindrir. Bien assis en Angleterre, son pouvoir royal le fait un peu négliger sa Normandie où s’épanouissent les grandes abbayes, symboles de sa puissance dans l’Occident du XIe siècle. Aussi de nouvelles menaces se profilent-elles au sud du duché, dans le Maine.

Lire cet article
Guillaume le Conquerant - L’éclatement de la famille royale (2e partie)

Guillaume le Conquerant - L’éclatement de la famille royale (2e partie)

En 1082 court au Vatican une étrange rumeur. Voyants et mages ayant entrepris de deviner qui succéderait à Grégoire VII sur le siège pontifical, ils étaient arrivés à la conclusion que l’heureux élu porterait le nom d’Odon ! Il n’en fallait pas plus pour que l’évêque de Bayeux se vît aussitôt coiffé de la tiare.

Lire cet article
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand