Patrimoine normand

1087 – Mort de Guillaume le Conquérant

Jeudi 31 Janvier 2008
1087 – Mort de Guillaume le Conquérant

Tête dite de Guilluame le Conquérant (XIVe siècle) de l'église abbatiale Notre-Dame de Jumièges. (Collection lapidaire de l'abbaye de Jumièges - Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°53
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Ici est mort Guillaume de Normandie le 9 septembre 1087. Non pas en ces murs, mais sur cet emplacement. Plaque visible à l'église Saint-Gervais de Rouen. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Ici est mort Guillaume de Normandie le 9 septembre 1087. Non pas en ces murs, mais sur cet emplacement. Plaque visible à l'église Saint-Gervais de Rouen. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Les chroniqueurs se sont toujours ingéniés à trouver des justifications a posteriori aux phénomènes naturels ou aux catastrophes. Ainsi en 1064, le passage pourtant inévitable de la comète de Halley fut-il interprété comme un présage funeste pour Harold de Wessex. 1087 n’échappe pas à cette tendance. Après la rédaction du Domesday Book, dont ce seul surnom populaire exprime clairement des implications néfastes, cette année-là accumule en Angleterre accidents et calamités en tous genres : épidémies, famines, incendies… dont on connaît cependant des précédents peu suspects de jugement divin. Aussi ne sera-t-on pas étonné qu’elle soit aussi celle de la mort du roi.

1087, la campagne de trop

Elle avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices : Guillaume est rentré dans sa Normandie natale, laissant derrière lui un royaume pacifié, recensé, globalement prospère1.

Or, le Bâtard accuse le poids des ans… et le sien propre : une nourriture déséquilibrée, l’abus de venaison, un ralentissement d’activité physique dû au vieillissement ont accru un embonpoint qui se dessinait déjà vingt ans plus tôt lors de la conquête. Cet excès pondéral le handicape tant qu’il se trouve contraint de garder le lit en son palais de Rouen, incapable de se mouvoir pendant quelques se­mai­nes. Peut-être souffre-t-il d’une crise de goutte. Cette inactivité forcée lui permet de revenir sur lui-même, sur ses origines, sur son destin…

 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 
1) À l’exception notable du Yorkshire, qui paiera encore longtemps les conséquences de sa révolte et de la « pacification » qui s’ensuivit.
 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand