Patrimoine Normand magazine

 

Le CSS Alabama et Cherbourg

Samedi 12 Juillet 2008
Le CSS Alabama et Cherbourg

Henri DURAND-BRAGER, La bataille entre l'USS Kearsarge et le CSS Alabama, 1864, Union League Club of New York. Le peintre, qui s'est rendu à Cherbourg après le combat, a pris des croquis du Kearsarge. Il le représente au premier plan avec un grand souci d'exactitude.


 
Extrait Patrimoine Normand N°11.
Par Ulane Bonnel.
Présidente de l'association CSS Alabama.

 

Le Confederate States Ship Alabama fait son entrée dans l'histoire cherbourgeoise le 11 juin 1864 en arrivant en rade après une longue campagne de guerre contre les navires sous pavillon des États-Unis d’Amérique. En 22 mois, sous la conduite de son commandant, le Capitaine de Vaisseau Raphael Semmes, l’Alabama, navire de guerre sudiste, venait de sillonner inlassablement l’Atlantique, l’Océan Indien puis la mer de Chine où il avait relâché quelques temps à l’île française de Poulo Condore sur les côtes d’Indochine. En cours de route il avait visité des centaines de navires de commerce puis saisi et condamné comme bonnes prises 64 navires marchands américains et coulé un navire de guerre de l’Union fédérale. Il avait réussit aussi à éviter les croiseurs de l’United States Navy envoyés à sa poursuite, ce qui n’était pas le moindre de ses exploits.

Depuis le début de sa carrière, la presse internationale avait relaté jour après jour les faits ou méfaits, réels ou supposées, selon les points de vue, du « raider » sudiste et c’est un navire déjà célèbre dans le monde entier qui jette l’ancre en rade Cherbourg ce onzième jour de juin 1864. C’est aussi un bâtiment bien fatigué et Raphael Semmes sollicite aussitôt l’autorisation d’entrer dans le port pour des réparations urgentes. Cette requête embarrasse fort les autorités françaises en raison de la politique de neutralité de la France, et naturellement le Préfet maritime du Port de Cherbourg se tourne vers Paris pour obtenir les instructions sur la ligne de conduite à tenir. Pendant ce temps, les représentants de la Confédération ainsi que ceux de l’Union fédérale déploient tous leurs efforts – les premiers pour appuyer la requête de Semmes à Cherbourg et à Paris, les seconds pour informer leurs diplomates et leur forces navales en France, en Grande-Bretagne et sur la façade atlantique de l’Europe, de présence de Semmes à Cherbourg.

Ainsi alerté, alors qu’il se trouve sur les côtes néerlandaises ; l’USS Kearsarge, commandé par le Capitaine de Vaisseau Winslow, rentre en rade de Cherbourg le 14 juin, la traverse lentement, puis en sort pour établir une croisière de blocus à la limite des eaux territoriales françaises, alors de trois milles nautiques. Semmes comprend aussitôt le défi, car il connaît bien Winslow. Les deux hommes ont le même âge ; sont tous deux originaires du Sud, sont entrés dans le corps des officiers de l’US Navy à peu près en même temps, y on servi pendant des années ensemble, parfois à bord du même bâtiment. Au début de la guerre civile, Semmes démissionne de la Marine des Etats-Unis et prend du service dans la Marine confédérée tandis que Winslow reste dans la marine fédérale. Dès le début de la fulgurante carrière de l’Alabama, Winslow traque Semmes et jure de le capturer ou de le couler. Le combat jusqu’à la mort que ces deux frères ennemis, si semblables et pourtant d’options forcement opposées, se livre en manche, loin de l’enjeu de leur passion et de leur haine, illustre parfaitement le caractère outranciers et tragique de cette terrible guerre.
 

Cherbourg, vue prise au-dessus du port militaire ; Voyage aérien en France. Par?Guesdon Alfred. Estampe du XIXe siècle (© Musée Thomas Henry - Cherbourg).

Cherbourg, vue prise au-dessus du port militaire ; Voyage aérien en France. Par?Guesdon Alfred. Estampe du XIXe siècle (© Musée Thomas-Henry - Cherbourg).

Aussitôt Semmes prend sa décision ; il annulé sa demande de réparations, informe les autorités française et ses supérieurs, ainsi que le commandant du Kearsarge, de son intention d’appareiller dès que les chargement de charbon, d’eau et des vivres frais seront terminés, puis il consulte ses officiers et son équipage, donnant à chaque homme l’option de quitter le bord, ou bien d’y rester. Personne ne débarque, et tous se préparent pour le combat que le bon sens désigne d’emblée comme inévitable. Chacun, officiers et hommes, fait son testament et le remet à l’agent consulaire de la Confédération de Cherbourg avec tout ce qu’il souhaite laisser à sa famille. Tandis que Raphael Semmes s’occupe des papiers du navire, des rôles de solde et des affaires financières du navire, des documents des prises, ainsi que le dépôt de l’argent à bord dans une banque de Cherbourg. Il annonce son appareillage pour le 19 juin tandis que des spectateurs commencent à converger vers Cherbourg, venant de toute la région, mais aussi de Paris, par trains spéciaux, et par bateau de toute la côte ainsi que d'outre-Man...

 

Il vous reste 65% de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas