Patrimoine Normand magazine

 

Abbaye de Cerisy-la-Forêt - Une restauration en cours

Samedi 19 Janvier 2008
Abbaye de Cerisy-la-Forêt - Une restauration en cours

Abbaye de Cerisy-la-Forêt - vue aérienne de l’abbaye. On aperçoit le côté sud des bâtiments : porterie, vestiges de la nef, abbatiale. En arrière-plan, la forêt de Cerisy. (Photo aérienne, Y. Guéret, Roméo India, PVA.)


Extrait Patrimoine Normand n°19.
Par Isabelle Audinet.

 

Au débouché de la Forêt de Balleroy surgit une superbe abbatiale romane, un monument en cours de restauration car il est en grand danger.

L'abbatiale vue du plan d’eau.?Chevet et croisillon nord. (Photo Erik Groult © Patrimoine Normand.
L'abbatiale vue du plan d’eau. Chevet et croisillon nord. (Photo Erik Groult © Patrimoine Normand.

Saint-Vigor et Cerisy

Une légende veut que le moine Vigor alors ermite au village de Reviers ait reçu de Volusianus, grand propriétaire terrien, la terre de Cerisy.

Devenu par la suite évêque de Bayeux, il fonda au VIe siècle, en ce lieu, un établissement religieux qui exista jusqu’aux invasions normandes. Celui-ci probablement ruiné par ces mêmes envahisseurs, ne retrouva une vie régulière que sous le règne du père de Guillaume le Conquérant : Robert le Magnifique. « En ce jour du 12 novembre 1032 » nous indique la première mention connue. On sait aussi que le premier abbé du lieu vint de Saint-Ouen de Rouen. De cette époque il ne reste au­jour­d’hui aucune trace apparente des constructions.

L’abbaye de Cerisy prit de l’importance avec les moines bénédictins qui se chargèrent d’établir des prieurés, rayonnant sur les monastères affaiblis de Saint-Fromond, Saint-Marcouf et autres sites éprouvés.
 

Chronologie du xià nos jours

Bien qu’il ne nous reste aucun texte, on situe pourtant au XIe siècle la construction de l’abbatiale. On pense que la nef fut édifiée (au XIe siècle) avant le chevet et le chœur. Au cours du XIIIe siècle, on construisit la porterie et la chapelle de l’abbé. De même on édifia une travée d’avant nef ainsi qu’une façade gothique à trois portails devant l’église. En 1269, une importante donation fut faite par saint Louis. Une autre donation permit par la suite, au XIVe siècle, de construire la voûte du chœur. Au XVe siècle, les logis conventuels ayant disparu on les reconstruit, et une grande campagne de restauration est lancée, on remet au « goût du jour » le décor du chemisage autour des piles et de la croisée du transept, puis bouchage des baies de la croisée, ainsi qu’élargissement des autres. Sous le règne de François Ier se développe l’habitude d’établir des abbés commendataires (la commende) à la tête des abbayes. Les revenus qui restaient auparavant dans les abbayes pour leur entretien s’en vont dorénavant avec l’abbé. Dès lors on observe un appau...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas