Patrimoine Normand magazine

 

Les cours-masures du pays de Caux

Lundi 21 Janvier 2008
Les cours-masures du pays de Caux

Clos-masure du lieu-dit « La Bataille », Harcanville, vue générale. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).


Extrait Patrimoine Normand n°21.
Par Isabelle Audinet.

 

Architecture typique du pays de Caux, les cours-masures animent le paysage dont les vastes étendues ondoient rarement, à l’exception de quelques vallées. L’horizon est cependant constamment occupé par des rangées d’arbres, compartimentant l’espace, entre îlots d’habitat (ferme, hameau, village) et campagne ouverte faite de champs allongés ou plus massifs.

Le fossé ou banque de la ferme « La Bataille », à Harcanville. On en voit bien la structure, faite de deux rangées d’arbres. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).
Le fossé ou banque de la ferme « La Bataille », à Harcanville. On en voit bien la structure, faite de deux rangées d’arbres. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).

Les cours-masures ont certes un caractère original, mais cette originalité (forme, plan, matériaux) correspond avant tout à des fonctions, qu’il ne faut pas occulter. Ces exploitations, dont le type apparaît vraisemblablement au XVIe siècle, grâce à la bourgeoisie urbaine, nous sont parvenues en partie intactes en raison de la coutume locale qui veut que ce soit le fils aîné qui hérite, sans division des biens.
 

Présentation générale

Le pays de Caux est un plateau crayeux, au nord-est de la Normandie, s’étendant sur une grande partie du département de la Seine-Maritime. Ses hautes falaises de craie dominent la mer par endroits d’une centaine de mètres au moins, le plateau pouvant atteindre 150 m d’altitude. Celui-ci est recouvert d’argile à silex et de lœss, ce qui entraîne une riche agriculture, à la fois élevage laitier et culture. Le pays de Caux est bien arrosé (800 à 900 mm de pluie par an), mais la qualité du terrain (craie et argile à silex perméable) fait que l’eau s’infiltre vite et oblige à avoir ses propres moyens d’irrigation et d’alimentation en eau (mares et citernes). La régulation s’effectue naturellement, en canalisant l’eau parfois trop abondante et en permettant de la garder lors des sécheresses. Les principales agglomérations sont situées à la périphérie de la région (Yvetot et Bolbec mises à part), laissant la place aux exploitations et aux villages. Les fermes sont souvent regroupées en hameaux lâches, seules les très grosses sont isolées.

Les fermes cauchoises, ou « clos masures » ou encore « cours-masures » se caractérisent par le regroupement sur une parcelle (ou masure) de l’exploitation des bâtiments d’habitation et d’exploitation. Ces bâtiments ne sont pas jointifs et leur répartition ne semble pas suivre un schéma précis. Il peut être cependant plus ou moins ré...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand n°116

N°116
Janvier-Février-Mars 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

hors-séries


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas