Patrimoine normand

D’un peigne à l’autre à Ézy-sur-Eure

D’un peigne à l’autre à Ézy-sur-Eure

Le musée du Peignes et des Parures à Ézy-sur-Eure. (© Musée du Peignes et des Parures).


Extrait Patrimoine Normand n°36.
Par Alexandre Vernon.

 
Magnifique peigne de coiffure en écaille sculptée. Les motifs s’inspirent de la nature, des instruments de musique, comme on peut le voir ici. XIXe siècle. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).
Magnifique peigne de coiffure en écaille sculptée. Les motifs s’inspirent de la nature, des instruments de musique, comme on peut le voir ici. XIXe siècle. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).

La région située au sud de l’Eure, entre Évreux et Dreux, à la frontière entre la Normandie et l’Ile de France, est décidément d’une richesse insoupçonnée. Après La Couture-Boussey, capitale des instruments à vent, voici Ézy-sur-Eure, capitale du peigne. Ainsi, pendant des siècles, cet ustensile de toilette et de beauté fut fabriqué en Normandie, à grande échelle, et un musée commémore cet artisanat depuis 1988, quatre ans après la fermeture du dernier atelier dans lequel il s’est installé. Partons à la découverte d’une industrie méconnue et de collections qu’une association a le mérite de présenter pour en faire vivre le souvenir.

Histoire d’un artisanat

La première mention de fabrication de peigne dans la région remonte aux environs de 1400, mais les témoignages d’un réel artisanat apparaissent vers 1600. Ézy-sur-Eure n’est pas le seul site de fabrication des peignes sur le territoire de France, puisque les habitants de l’Ariège se mirent à fabriquer des peignes avec l’arrivée des Sarrazins, aux IXe-Xe siècles, et de la matière première, l’ivoire. À Ézy, les premiers peignes étaient en buis, ce buis qui servit à la fabrication des premiers instruments à vent à La Couture-Boussey. Qui apporta la technique de fabrication aux peigneux d’Ézy-sur-Eure, nul ne le sait, mais l’artisanat se développe. Les peignes étaient à l’origine fabriqués pendant la mauvaise saison, par des habitants qui étaient avant tout des paysans-vignerons. Production faible donc, avec des outils se rapprochant des limes. Le buis fut ensuite remplacé par la corne, présente en nombre important dans la région en raison de l’éle...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand