Patrimoine normand

Michel de Decker - Un homme et une femme et un homme sans femme

Mardi 13 Octobre 2015
Michel de Decker - Un homme et une femme et un homme sans femme

Louise Colet et Gustave Flaubert. (© Patrimoine Normand)

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES.
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°95.


Michel de Decker

Extrait Patrimoine Normand n°95
Par Michel de Decker.

 

Ce n’est un secret pour personne, le Rouennais Flaubert passait pour avoir le sang chaud et être très ardent au déduit ; en revanche, le délicat Marcel Proust, le pensionnaire de Cabourg, n’était guère émoustillé par le galbe d’un sein ou la chute de rein d’une jolie femme. Il aurait même été franchement effrayé s’il avait un jour rencontré la redoutable Louise Colet ! Mais Marcel ne comptait que cinq ans lorsque cette femme bouillante rendit son âme à Dieu… après avoir connu tous les démons de la chair !

Le pied fort effilé…

On est en 1846. Un jour de la fin de juillet, Gustave Flaubert entre dans l'atelier du sculpteur James Pradier. Il est venu lui commander le buste de sa sœur, Caroline, morte l'année précédente en mettant au monde une petite fille. Sa sœur Caroline qu'il aimait tant. Elle était une amie, une complice, elle était son « vieux rat » comme il disait avec une infinie tendresse. Il ne s'est pas remis de la disparition de Caroline, Flaubert. Parce qu'il est sensible au point d'en être écorché vif.

Dans l’atelier de Pradier, ce jour-là, il y a une femme d'une rare beauté, une femme qui, immédiatement plante son regard dans celui du jeune homme - car il est jeune encore, Flaubert, en 1846, il n'a que vingt-quatre ans ! - Elle le regarde, donc, et tout est dit. Ça s'appelle un coup de foudre.

Cette femme au regard qui aurait pu faire frissonner tous les bronzes de l’atelier s'appelle Louise Colet.

« Voilà un jeune homme à qui vous pourriez donner des conseils littéraires, ma chère Louise », s'exclame Pradier ! Parce qu'il est vrai qu'en 1846 le beau viking d'un mètre quatre-vingt-trois n'a qu'un maigre bagage derrière lui. On est encore loin de Madame Bovary !

Alors ils sont là, l'un devant l'autre, Louise et Gustave. Et déjà ils n'ont plus envie de se quitter. Ils se rencontrent fin juillet et dans la nuit du trois au quatre août c'est l'apothéose !

Flaubert croit rêver ! Il est amoureux ! amoureux fou. Dès le lendemain, il le dit, il le cla...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand