Patrimoine normand

Jeanne d'Arc et la Normandie - La Pucelle devant ses juges

Samedi 10 Janvier 2015
Jeanne d'Arc et la Normandie - La Pucelle devant ses juges

La capture de Jeanne d’Arc à Compiègne. (DR)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°92
Par Stéphane William Gondoin.

 
Jeanne d’Arc malade est interrogée dans sa prison par le cardinal de Winchester. Le peintre P. Delaroche remplace ici Pierre Cauchon par un ecclésiastique plus connu du public britannique, Henri Beaufort, cardinal et évêque de Winchester, figuré dans la pièce de Shakespeare Henri VI. Huile sur toile - XIXe siècle. (© MBA Rouen)
Jeanne d’Arc malade est interrogée dans sa prison par le cardinal de Winchester. Le peintre P. Delaroche remplace ici Pierre Cauchon par un ecclésiastique plus connu du public britannique, Henri Beaufort, cardinal et évêque de Winchester, figuré dans la pièce de Shakespeare Henri VI. Huile sur toile - XIXe siècle. (© MBA Rouen)

Dès le siège d'Orléans, les Anglais avaient promis à Jeanne « qu'ilz la feroient ardoir, s'ilz la povoient tenir ». Une fois tombée entre les mains de leurs alliés bourguignons, rien ne semble en mesure d'empêcher la sombre promesse de s'accomplir. Mais au fait, pourquoi avoir choisi Rouen pour y tenir son procès ? Qui furent ses juges et où officia-t-on ? Au final, comment une jeune fille d'une vingtaine d'années acheva-t-elle son existence dans les flammes d'un bûcher ?

Nous avons laissé Jeanne caracolant sous bonne escorte à la sortie de Saint-Valéry-sur-Somme. Aucun contemporain n'a pris le soin de préciser son trajet à travers la Normandie et il nous faut attendre l'an 1657 pour en trouver mention sous la plume du père Ignace de Jésus Maria, dans son Histoire généalogique des comtes de Ponthieu et Maïeurs d'Abbeville : « Elle ne s'arresta pas en la ville de S. Valery : car ses gardes la conduisirent à la ville d'Eu, et de là à Dieppe, puis enfin à Rouen qui estoit la ville qu'on avoit choisie pour estre le dernier théâtre d'honneur où la vertu de nostre sainte fille devoit paroistre. » Le caractère tardif de cette source suffit à la rendre suspecte, mais le religieux qui en est l'auteur a pu bénéficier de documents aujourd'hui disparus. À défaut d'être probable, cet itinéraire est pour le moins plausible. Quoi qu'il en soit, Jeanne est à Rouen à la fin du mois de décembre 1430.

 

Paris ou Rouen ?

Pour comprendre comment elle est arrivée sur les rives de la Seine, revenons quelques mois en arrière. Dès le 26 mai 1430, soit trois jours seulement après la capture de Jeanne, Martin Billorin, vicaire général de Jean Graverent, l'inquisiteur de France, écrit au duc Philippe de Bourgogne pour lui demander qu'on lui remette la prisonnière. Dans sa lettre, il repro...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.

 

DOSSIER « JEANNE D'ARC ET LA NORMANDIE » (17 pages) :




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand