Patrimoine normand

Château-sur-Epte - La sentinelle oubliée

Dimanche 11 Janvier 2015
Château-sur-Epte - La sentinelle oubliée

Château-sur-Epte, la sentinelle oubliée. (© Louis Edouard Garrido)


Didier Faure

Extrait Patrimoine Normand n°92
Par Didier Faure.

 
Vitrail de l’église de Saint-Clair-sur-Epte.?Traité de 911. (© Patrimoine Normand)
Vitrail de l’église de Saint-Clair-sur-Epte.?Traité de 911. (© Patrimoine Normand)

Située à une dizaine de kilomètres au sud de Gisors, la forteresse de Château-sur-Epte semble surgir des temps anciens, comme fossilisée dans son état du XIIe siècle. Bien que remaniée à plusieurs reprises, la place a conservé sa structure d’origine, avec motte, fossés, donjon, cour noble et basse-cour. Elle constitue aujourd'hui l'un des plus beaux fleurons de l’architecture castrale dite « Plantagenêt ». Patrimoine Normand a pu, à titre exceptionnel, pousser les portes de ce site habituellement fermé au public.

La frontière de l’Epte

C’est en concluant le traité dit « de Saint-Clair-sur-Epte », à l’automne 911, que le roi des Francs Charles III le Simple (893-923) cède une partie de ses territoires aux envahisseurs scandinaves « depuis l'Epte jusqu'à la mer ». C’est l’acte de naissance de la Normandie, dont les limites vont petit à petit être repoussées jusqu'aux côtes du Cotentin et de l'Avranchin. L'Epte, pour sa part, petit affluent de la Seine, devient la frontière naturelle orientale séparant les terres des rois de France de celles des ducs de Normandie, coupant par ailleurs en deux le Vexin. Au fil du temps, sa vallée va se hérisser de fortifications sur chacune de ses rives. Suger, abbé de Saint-Denis et conseillé du roi Louis VI le Gros (1108-1137), écrit à son propos : « Par suite de la noble prévoyance tant des rois d’Angleterre que des ducs de Normandie, la marche de ce pays se trouvait ceinte d’une ligne de défense exceptionnellement forte, constituée à la fois par des châteaux nouvellement bâtis et par le cours de rivières infranchissables. »

À chaque château normand répond une fortification française : Gisors (Eure) à Trie (Oise), Neaufles-Saint-Martin (Eure) à Courcelles (Oise), Dangu (Eure) à Boury (Oise), Château-sur-Epte (Eure) à Saint-Clair-sur-Epte (Val-Oise), Baudémont (Eure) à Bray (Val-d'Oise) et Gasny (Eure) à La Roche-Guyon (Val-d'Oise). Ces ouvrages fortifiés permettent au duc de Normandie comme au roi de France, de contrôler et de contrer leurs désirs dexpan...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand