Patrimoine normand

Château et jardins de Boutemont

Château et jardins de Boutemont

Boutemont, jardin remarquable et château. La verticalité de la tour d’angle du sud-ouest se trouve renforcée par les cônes des topiaires. (© Thierry Georges Leprévost)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°85
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Intime et structuré, le jardin toscan favorise la rêverie. Il remplace avantageusement le court de tennis qui l’a précédé. (© Thierry Georges Leprévost)
Intime et structuré, le jardin toscan favorise la rêverie. Il remplace avantageusement le court de tennis qui l’a précédé. (© Thierry Georges Leprévost)

Lové en lisière de la vallée de la Touques, le château de Boutemont s’orne de magnifiques jardins qui en font l’un des ensembles les plus attachants du pays d’Auge.

Boutemont est un château discret. On pourrait passer cent fois à Ouilly-le-Vicomte sans soupçonner sa présence. Sur son site en contrebas traversé par l’ancienne voie romaine de Lisieux à Pont-l’Évêque existait au Moyen Âge une forteresse primitive destinée à surveiller le cours et la vallée de la Touques, dont la motte castrale du Xe est encore parfaitement lisible.

Les seigneurs de Boutemont ne résidaient pas dans le château fort, mais déjà à l’époque ducale sur l’emplacement de l’actuelle habitation, qui a été érigée entre le XVe et le XVIIIe siècle, sur un plan carré marqué à chaque angle d’une tour ronde d’époque Henri IV. Cernée de douves sèches, c’est l’une de ces demeures rurales d’agrément prêtes à faire face aux guerres civiles et à toute éventualité d’attaque de brigands. Menacée de ruine à la fin du XIXe siècle siècle, elle fut sauvée par son rachat après la Grande Guerre, et se trouve aujourd’hui inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Monsieur et Madame Armand Sarfati, ses actuels propriétaires, l’ont pris en mains en 1976, et développent depuis lors un aménagement paysager qui leur a fait obtenir le label Jardins Remarquables de Normandie.

L’évolution des jardins

Comme toujours autour des châteaux, l’environnement végétal était d’abord utilitaire. Jusqu’au début du XXe siècle siècle, la demeure était cernée de vergers de pommiers à cidre, en relation directe avec le pressoir qui subsiste au sud. Il est certain qu’auparavant, car c’était la coutume, un espace médiéval était dédié aux simples destinées à soula... 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand