Patrimoine normand

Malherbe : un nom plus sportif que litteraire ?

Jeudi 31 Janvier 2008
Malherbe : un nom plus sportif que litteraire ?

La maison « natale » de François de Malherbe, rue Saint-Pierre à Caen donne sur la place Malherbe ; Statue de Malherbe place Bouchard à Caen. (Photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°56
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Malherbe a marqué de son empreinte nombre d’endroits à Caen, ainsi que l’évoque ce plan présenté à l’exposition de l’Hôtel de Ville. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)
Malherbe a marqué de son empreinte nombre d’endroits à Caen, ainsi que l’évoque ce plan présenté à l’exposition de l’Hôtel de Ville. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)

Que le lecteur se rassure. Nous n’avons pas décidé d’intégrer le sport préféré des Français au patrimoine régional. Jeu éminemment respectable au demeurant, le football possède et gardera ses défenseurs ailleurs que dans ces colonnes. Par ce titre quelque peu provocateur, nous entendons simplement souligner un paradoxe de la vie caennaise : celui d’un nom régulièrement scandé à l’unisson par des milliers de Normands enthousiastes qui pourtant, en dehors des stades, ne représente plus grand chose aux yeux de nos contemporains. Alors, François de Malherbe, auteur surfait ou génie oublié ? Comme souvent en Normandie, la vérité semble bien à mi-chemin de ces extrêmes.

Une naissance incertaine

C’est en 1555 que naît à Caen un fils de François de Malherbe, écuyer, sieur d’Igny ; on le prénomme, lui aussi, François. A Caen ? En fait, rien n’est moins sûr. Selon d’autres sour­ces, il aurait vu le jour dans le bocage normand, où se situe le berceau de sa famille, très exac­tement au manoir d’Arry, pa­roisse du Locheur, à quelque quatre lieues de la cité créée par Guillaume le Bâtard.

Il est vrai que les siens « avaient du bien » dans ce secteur. Outre Arry, on leur connaît des possessions à Missy, à Noyers-Bocage et à Vendes. Or, il existe d’autres Malherbe à proximité. Les noms de Neuilly-le-Malherbe et de Saint-Agnan-le-Malherbe sont assez transparents pour l’attester. En fait, l’auteur du célèbre diptyque :

Et rose elle a vécu ce que vivent les roses.

L’espace d’un matin…

est bien un descendant de ces Malherbe de Saint-Agnan. On trouve au XIIIe siècle un chevalier Jean de Saint-Agnan qui s’est distingué à Bouvines en 1214 et à la Septième Croisade en 1248. Deux siècles aupa...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand