Patrimoine normand

Abbaye du Valasse, journal de fouilles en images

Jeudi 31 Janvier 2008
Abbaye du Valasse, journal de fouilles en images

Le chantier de fouille de l'abbaye du Valasse en 2007. L’abbatiale fermait la cour limitée par les bâtiments encore en élévation. Les fouilles des vestiges des états successifs sont situées sous la bâche au centre du cliché. (© Erik Follain)


Erik Follain

Extrait Patrimoine Normand n°63
Par Érik Follain.
 
Le « canal des moines » qui amène les eaux de la rivière au monastère ; sa voûte surbaissée est bloquée par les piédroits de la canalisation. Il se poursuit, au-delà de la fouille, sous la pelouse et a été suivi jusqu’au droit du mur visible en fond. (Photo Erik Follain © Patrimoine Normand)
Le « canal des moines » qui amène les eaux de la rivière au monastère ; sa voûte surbaissée est bloquée par les piédroits de la canalisation. Il se poursuit, au-delà de la fouille, sous la pelouse et a été suivi jusqu’au droit du mur visible en fond. (© Erik Follain)

Dans la vallée du Commerce, entre les agglomérations de Gruchet-le-Valasse et Lillebonne, dans un environnement préservé, subsiste une partie des bâtiments de l’abbaye cistercienne du Valasse au cœur d’un vaste domaine arboré. Depuis la fin de l’année 2006, le calme du lieu est rompu par les engins de travaux pu­blics. L’abbaye s’apprête à de­venir EANA, Terre des possibles, où les rapports entre l’Hom­­me et son Milieu seront présentés et étudiés au sein d’un parc végétal renouvelé. À cette occasion, et conjointement à chaque tranche de travaux, une surveillance archéologique a été mise en place. Ainsi petites trouvailles et découvertes ma­jeures sur l’abbaye et son histoire ac­compagnent le nouveau projet. C’est donc, avant les études scientifiques, le moment du bilan en ce milieu d’année 2007.

La fondation de ce monastère procède des vœux du comte de Meulan et de l’impératrice Ma­thilde au milieu du XIIe siècle. Ce n’est qu’à la fin de ce même siècle que le troisième abbé consacrera l’abbatiale. L’abbaye subit les malheurs de la guerre de Cent Ans puis des guerres de Religion. Au XVIIIe siècle, le corps de bâtiments sud est totalement reconstruit selon les canons de l’architecture classique et les deux ailes est et ouest voient leurs salles médiévales totalement rhabillées en façades. À la Révolution, devenue bien national, l’abbaye est achetée par un armateur du Havre qui confie sa transformation en château résidentiel à l’architecte Pierre-Adrien Pâris au tout début du XIXe siècle. Le « château/abbaye » devient en­suite la propriété de filateurs. Convertie en laiterie dans les années 1950, l’abbaye est acquise par la commune de Gruchet-le-Valasse.

Rappelons que le début des travaux avait été l’occasion de redécouvrir une glacière présentée dans le numéro 60, en novembre 2006, de Patrimoine Normand. Après la réalisation d’une paroi béton de soutènement, il est maintenant assuré qu’elle sera définitivement préservée et, dans le futur, intégrée à un parcours patri...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand