Patrimoine normand

Le « Dgèrnésiais » : la langue normande de Guernesey

Vendredi 19 Mars 2010
Le « Dgèrnésiais » : la langue normande de Guernesey

Coucher de soleil sur les Iles anglo-normandes, à Guernesey. Le nom de cette île, comme celui de la plupart des autres, est d’origine scandinave.?Les paysages sont un prolongement de ceux de La Hague. (© Alexandre Fuzeau)


Alexandre Fuzeau

Extrait Patrimoine Normand n°73
Par Alexandre Fuzeau.
 
Chaque île, autonome, dispose de son drapeau, ici celui de Guernesey. (© Patrimoine Normand)
Chaque île, autonome, dispose de son drapeau, ici celui de Guernesey. (© Patrimoine Normand)

Les îles Anglo-Normandes recèlent un secret : l’histoire du parler normand. Sur ces quelques îlots survit le témoin d’un passé remarquable, une langue originale qui tente de survivre a présent - le normand - parti au delà des mers à la conquête de l’Angleterre puis du Québec.

« Un ser, j’etais dans ma cahutte, assis au coin d’un bell fouaie d’vrec, de bouan fort cidre dans ma jute, et le p’tit but d’pipe a men bec. L’vent qui heurlait dans ma guerbiere faisait que l’crasset brulait bllu. Ma femme ouvrait su la jonquiere. »1

Dans les îles Anglo-Normandes survit une langue ancestrale : l’ancien normand que nos ancêtres parlaient sur l’en­semble du royaume anglo-normand au Moyen Âge. Pas un patois ni un dialecte, non ! Sur ce petit bout du duché de Normandie, on n’aime pas ce terme. Une langue a part entière, symbole de la réussite d’une nation, dont l’expansion répond à l’esprit d’entreprise des Normands du XIe siècle.

Issu du vieux français, influencé par les Vikings, elle contient environ 200 racines soit environ 1?000 mots issus du norois. Visibles dans la toponymie des îles, hougue (du norrois haugr) désigne une éminence, et houmet (norrois holmr) une prairie entourée d’eau. La vie quotidienne révèle une forte influence. « Canne » pour cruche (norrois kanna pour pot) garde à Guernesey son terme générique pour toute forme de pot (faïence, terre ou métal) alors qu’il ne désigne plus que le récipient de cuivre pour le lait dans le normand du conti...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.


1) Traduction : « Un soir, j’etais dans ma maison, assis au coin d’un bon feu de varech, du cidre bon et fort dans ma chope et le petit bout de ma pipe a ma bouche. Le vent qui hurlait dans la petite porte du grenier faisait bleuir la flamme de la lampe. Ma femme tricotait assise sur le lit jonché de fougères »).. Extrait de La maison ensorcelée, par Georges Métivier.


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand