Patrimoine normand

Coquille Saint-Jacques - Du blason à la toque

Dimanche 9 Octobre 2011
Coquille Saint-Jacques - Du blason à la toque

Devinez mon âge ! La croissance de la coquille est irrégulière : elle se déroule pendant les mois chauds et stoppe en hiver. Ainsi, les stries plus ou moins marquées sur les 2 valves correspondent aux arrêtes de croissance hivernaux. Ainsi, pour connaître l’âge d’une coquille Saint-Jacques, rien de plus facile : il suffit de compter ces stries. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Extrait Patrimoine Normand n°79
Par Solene Mallet, Mamadou Lamtou Toure, Dimitri Rogoff, Arnauld Manner, Dominique Lamort, Joëlle Espinet, Grzegorz Jakubowski, Jeannine Bavay
 
Fossile de coquille Saint-Jacques. Une véritable normande vieille de 150 millions d’années ! (Photo Laurent Corbin © Patrimoine Normand)
Fossile de coquille Saint-Jacques. Une véritable normande vieille de 150 millions d’années ! (Photo Laurent Corbin © Patrimoine Normand)

Telle la Vénus de Botticelli, ode à la pureté absolue, naissant du sein d’une coquille Saint-Jacques, le divin fruit de mer sait offrir sa beauté, sa saveur et son histoire au passant qui s’en soucie. Dès l'Antiquité, la coquille Saint-Jacques est placée sous l'invocation de Vénus et protège des sortilèges. Car la coquille Saint-Jacques, la « vraie », celle que l’on nomme Pecten maximus, (à ne pas confondre avec ses cousins plus ou moins éloignés) porte la trace d’une longue histoire qui démarre il y a plus de 150 millions d’années. Elle accompagne les pèlerins, et finit aujourd’hui entre les mains des meilleurs Chefs de cuisine.

Pecten maximus, une véritable normande vieille de 150 millions d’années !

S’il existe un grand nombre de variétés de coquilles Saint-Jacques sur tout le globe, les ancêtres de cette « reine des mers » s’inscrivaient déjà dans le patrimoine normand il y a plus de 150 millions d’années, comme en attestent les nombreux fossiles que l’on peut encore trouver aujourd’hui en se promenant à marée basse sur la côte fleurie.

La coquille Saint-Jacques (Pecten maximus de son nom latin) se retrouve en effet dans les couches des terrains jurassiques et crétacées qui constituent la plus grande partie des falaises des Vaches Noires, celles qui s’étendent en bordure de mer entre Villers-sur-mer et Houlgate, et qui constituent un site géologique et paléontologique exceptionnel, et un gisement fossilifère d’une grande richesse. Le paléospace de Villers-sur-mer possède quelques exemplaires de ces fossiles.
 

Tout un symbole !

Les coquilles Saint-Jacques se rencontrent dans de nombreuses églises normandes : en calcaire, en plâtre, dorées ou non, elles figurent sur les statues de saint Jacques le Majeur, dont elles sont le principal attribut. En effet, le culte de Saint-Jacques s'est enraciné en Normandie bien qu'il se soit répandu tard...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand