Patrimoine normand

Gold Beach - Le 30e corps d’armée britannique à l’assaut de la Normandie

Samedi 17 Mai 2014
Gold Beach - Le 30e corps d’armée britannique à l’assaut de la Normandie

Gold Beach et les vestiges du port artificiel d'Arromanches (Mulberry B). (© Calvados Tourisme)


Marc Laurenceau

Extrait du hors-série Normandie 44.
Par Marc Laurenceau.
 
Débarquement des soldats de la 50th Infantry Division britannique. (© I.W.M)
Débarquement des soldats de la 50th Infantry Division britannique. (© I.W.M)

Afin d’assurer une partie de l’approvisionnement des troupes alliées engagées en Normandie, les Britanniques on besoin de sécuriser deux villages : Arromanches et Port-en-Bessin, qui doivent être pris à revers le Jour J. Le 30e corps d’armée du lieutenant general Bucknall a pour tache de prendre pied le long d’un littoral défendu par une succession de points d’appui fortifiés allemands.

Gold Beach est la troisième des zones d'invasion anglo-canadiennes. Elle est située à vingt-quatre kilomètres à l'est d'Omaha Beach, premier secteur américain. Les unités qui doivent débarquer en premier sur Gold Beach appartiennent à la 50e division d'infanterie « Northumbrian » et au commando numéro 47 de la Royal Navy. Ces deux groupements sont réunis au sein du 30e corps d'armée britannique (sous le commandement du lieutenant general G. C. Bucknall), l'un des deux corps d'assaut de la 2e armée (commandée par le lieutenant general Miles Dempsey).
 

L’organisation de l’attaque

La plage de Gold, située entre les localités de Port-en-Bessin et de La Rivière, est divisée en quatre secteurs principaux : How à l'extrême ouest, suivi de Item, Jig puis King. L'assaut doit se faire essentiellement sur ces trois derniers, entre Asnelles-sur-Mer et La Rivière, de manière à conserver intacte la ville d'Arromanches, qui a été choisie pour accueillir un futur port artificiel allié une fois la tête de pont sécurisée. Gold Beach est défendue par les hommes de la 716e division d'infanterie allemande, composée de 29 compagnies et armée de 500 mitrailleuses, 50 mortiers et 90 canons de divers calibres. Des éléments de la 352e division d'infanterie sont également po...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




La Seconde Guerre mondiale en Normandie

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand