Patrimoine normand

Maison Bleue de da Costa - Un morceau de Portugal à Dives-sur-Mer

Mercredi 21 Décembre 2022
Maison Bleue de da Costa - Un morceau de Portugal à Dives-sur-Mer

Actuellement, les édifices miniatures sont « protégés » par une structure métallique couverte d’un film tendu. Cependant, il est urgent de réaliser une couverture pérenne en verre. Ici, Notre-Dame de Lourdes (3 m de haut et 2 m de long) et la grotte (à gauche). (© Fondation du patrimoine)


Fondation du patrimoine

Extrait Patrimoine Normand n°124
Par Michel Levron.
 
En mémoire de Laïka, chienne sacrifiée pour la recherche spatiale russe, da Costa réalise sa première œuvre en 1957. Le monument d’environ 3 m de haut ressemble aux premiers niveaux de la tour Eiffel, avec dans sa partie supérieure un Spoutnik. (© Fondation du patrimoine)
En mémoire de Laïka, chienne sacrifiée pour la recherche spatiale russe, da Costa réalise sa première œuvre en 1957. Le monument d’environ 3 m de haut ressemble aux premiers niveaux de la tour Eiffel, avec dans sa partie supérieure un Spoutnik. (© Fondation du patrimoine)

Notre patrimoine est d’une infinie variété. Ainsi, qui aurait pu imaginer qu’à Dives-sur-Mer, dans la seconde moitié du XXe siècle, un immigré portugais construise, à ciel ouvert, une série d’édicules recouverts de mosaïque ? C’est pourtant le cas. Cependant, la Maison Bleue, « petit morceau de Portugal » et témoin d’un véritable Art brut, est très fragile. Une opération de sauvegarde est en cours, avec notamment pour partenaire la Fondation du patrimoine.

C’est d’abord et surtout l’histoire d’un homme. Celle d’un maçon portugais, Euclides Ferreira da Costa. Né en 1902, il immigre en France à 22 ans. Après être passé par la Picardie, où il épousera Marie-Louise, puis à Saint-Nazaire, il s’installe à Dives-sur-Mer dans le Calvados, où vit une cousine. Embauché à l’usine Tréfimétaux, cet homme de la campagne s’installe sur un terrain ayant une petite dépendance. Dès 1950, il décide d’en faire son modeste logement.
 

Avec le sacrifice de la chienne Laïka, un artiste est né

En 1954, da Costa est mis en invalidité pour raison de santé. Il a 52 ans. C’est à cette époque que naît son génie créatif. En novembre 1957, il apprend le sacrifice de la chienne Laïka, envoyée par l’URSS à bord de Spoutnik 2. Pour da Costa, très attaché à toute forme de vie, c’est un déclencheur. Il ne supporte pas qu’un être vivant soit tué au nom de la recherche spatiale et il construit ce qu’on appellera plus tard le « Mausolée à Laïka » (3 m de haut). « Da Costa aurait pu s’arrêter là, mais pas du tout. Il est pris d’un besoin irrépressible de cons...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand