Patrimoine normand

Le chêne d'Allouville-Bellefosse : toujours vaillant

Samedi 20 Mars 2010
Le chêne d'Allouville-Bellefosse : toujours vaillant

Le chêne d'Allouville à côté de l’église, dans toute sa splendeur. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Alexandre Vernon

Extrait Patrimoine Normand n°73
Par Alexandre Vernon.
 
Lithographie du XIXe siècle montrant le chêne à cette époque avec une ramure plus abondante. (Coll. Patrimoine Normand)
Lithographie du XIXe siècle montrant le chêne à cette époque avec une ramure plus abondante. (Coll. Patrimoine Normand)

Il aura tout vu, tout senti de l’histoire de la belle Normandie, depuis la naissance du duché jusqu’à notre région moderne. Il aura connu l’ère de Guillaume, celui qu’on appelle encore de nos jours le Conquérant, puis plus tard le hardi navigateur Pierre Belain d’Esnambuc, enfant du pays, le père des Antilles françaises et donateur de Saint-Pierre de la Bellefosse, près d’Yvetot, qui affiche fièrement ses mille deux cents ans !

Une belle histoire

Il est l’attraction de ce village et reçoit chaque année 30 000 à 40 000 visiteurs français et étrangers, dont certains venus de très loin pour admirer ce chêne millénaire. Car c’est une force de la nature que ce vieil arbre, un des plus vieux de France, sinon d’Europe. D’une circonférence de 15 mètres à la base, d’une hauteur de 13 mètres, la foudre lui ayant coupé la tête, son imposante frondaison pouvait jadis abriter plus de 2 000 personnes. Et de voir de nos jours ses feuilles frissonner sous le vent, feuilles renouvelées à chaque printemps, on ne peut que crier au miracle. Bien sûr, il s’appuie maintenant sur des béquilles et on lui a confectionné une armure imputrescible qui le soutient de toute sa hauteur.

Son histoire d’ailleurs est une suite de miracles. Son étonnante particularité tient à ce qu’il cache en son tronc deux chapelles superposées. En 1696, le père Théobald du Cerceau, souhaitant devenir ermite décida d’y prendre ses quartiers. À l’intérieur du tronc, creusé déjà à l’intérieur par l’âge avancé de l’arbre, il installa et aménagea un étage avec un petit mètre carré nécessaire pour sa vie d’ascète, tandis qu’au rez-de-chaussée était créée une chapelle minuscule à l’intention des fidèles. Cette chapelle fut dédiée à Notre-Dame de la Paix. Le vedettariat de l’arbre d’Allouville débuta dès le début de l’installation des chapelles. Par la suite, il dut affronter plusieurs dangers. En 1793, il fut sauvé de la furie des révolutionnaires par l’instituteur du village. Celui-ci, Jean-Baptiste Bonheur, eut la bonne idée d’apposer un écriteau sur le tronc de l’arbre avec cette mention : « temple de la raison ». Ainsi fut-il épargné. La première restauration du chêne aura lieu en 1854, car il commençait sérieusement à se détorier. En 1912, au cours d’un violent orage, la foudre lui tombe dessus et lui enlève une bonne partie de ses branches supé...

 

Il vous reste 85 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand