Patrimoine normand

Les pirates normands des Caraïbes & Alexandre-Olivier Exquemelin

Mardi 27 Septembre 2022
Les pirates normands des Caraïbes & Alexandre-Olivier Exquemelin

À gauche : carte des Grandes Antilles figurant dans l’édition originale française de l’ouvrage d’Exquemelin, avec plan détaillé de « l’isle de la Tortüe ». (© Domaine public - archives.org) ; À droite : Représentation romantique d’un boucanier par l’illustrateur américain Howard Pyle (1853-1911), pour Howard Pyle’s Book of Pirates, édition de 1921. (© Wikimedia commons – Domaine public) 


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°123
Par Stéphane William Gondoin.
 
Page de garde de la première édition connue de l’œuvre d’Exquemelin, publiée aux Pays-Bas en 1678. (© Library of Congress – https://www.loc.gov – Pas de restriction connue de reproduction)
Page de garde de la première édition connue de l’œuvre d’Exquemelin, publiée aux Pays-Bas en 1678. (© Library of Congress – https://www.loc.gov – Pas de restriction connue de reproduction)

Qui n’a tremblé à la lecture des aventures trépidantes de Long John Silver, le pirate à la jambe de bois, et du petit Jim Hawkins, les héros du roman épique de Robert L. Stevenson L’île au trésor ? Plus récemment, une génération entière de jeunes gens s’est émerveillée au rythme des exploits du fantasque capitaine Jack Sparrow, personnage principal de la saga cinématographique Pirates des Caraïbes. À côté de ces œuvres de fiction, de nombreux Normands s’illustrèrent dans l’authentique épopée de la flibuste, contribuant à forger la légende de l’île de la Tortue et de l’étrange société des « Frères de la côte ».­­

En 1678, l’imprimeur Jan ten Hoorn publie à Amsterdam un livre intitulé De Americaensche Zee-Rovers, ce que nous pourrions traduire par « Les écumeurs des mers américains ». Signé par l’énigmatique A. O. Exquemelin, l’ouvrage connaît vite une diffusion à l’échelle européenne, avec une édition en allemand dès 1679 (Die Americanische Seeräuber), en espagnol en 1682 (Piratas de la America), puis en 1684 en anglais (The Buccaneers of America). En 1686 enfin, paraît la première version française, sous le titre complet d’Histoire des avanturiers [sic], des boucaniers et de la chambre des comptes établie dans les Indes1. Le début d’une longue série de rééditions dans toutes ces langues. Nous appellerions cela aujourd’hui un succès international de librairie ou, pour utiliser l’anglicisme consacré, un best-seller. Le texte de l’édition française est dédicacé à Monsieur2 par un certain de Frontignières, et probablement préfacé par le même

On a longtemps mis en doute l’existence même de cet Exquemelin-Œxmelin, pensant qu’il s’agissait d’un simple pseudonyme derrière lequel se cachait un auteur quelconque, dont on doutait même de la nationalité. Le chercheur néerlandais Leonardus Cornelis Vrijman réu...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.

 
1) Le beau français coloré de la fin du Grand Siècle, la langue de Corneille et de Molière, étant assez aisé à comprendre, tous les titres et les extraits reproduits sont conformes au texte original.
2) Philippe (1640-1701), duc d’Orléans, frère cadet du roi Louis XIV.
 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand