Patrimoine Normand magazine

 

La conjuration de Geoffroy d'Harcourt - débuts de la guerre de Cents Ans

Mardi 29 Janvier 2008

Extrait Patrimoine Normand N°06
Par Charles de Percy

Ce texte, demeuré inédit, a été écrit au début du siècle par le colonel Charles de Percy qui consacra une grande partie de sa retraite à classer et augmenter les archives laissés par ses ancêtres. En relation avec différents érudits normands dont l'archiviste de la Manche Dolbert. Charles de Percy a tenté de clarifier les origines de sa famille. C'est probablement au cours de ses recherches que l'idée lui est venue de ridiger cette courte histoire de la conjuration de Geoffroy d'Harcourt à laquelle un de ses aïeux participa.
 

Château de Saint-Sauveur-le-Vicomte

Château de Saint-Sauveur-le-Vicomte (DR - Kspindley).

Les affaires de Bretagne

La première campagne des Anglais contre la France, qui devait se conclure à la bataille de Crécy et au siège de Calais, avait commencé en 1337 par la déclaration de guerre d'Edouard III. Elle s'accomplit en deux phases, une au nord, avec l'appui de Jacques Artevelde et la complicité de Robert d'Artois, l'autre au nord-ouest avec l'aide de Jean de Montfort et la conjuration de Geoffroy d'Harcourt.
Dès les débuts, Phillipe VI de Valois, redoutant l'attaque par la Normandie, avait voulu soustraire cette province à l'influence anglaise ; l'érigeant en duché, il la confia à son fils aîné Jean et lui octroya le droit de reunir ses états l'année même de la déclaration de guerre. Toutefois le roi d'Angleterre arriva par le nord où il s'était ménagé des alliés ; mais sa prudence le servit médiocrement et l'entreprise n'aboutit guère sauf le succès naval de l'écluse qui en 1340 le rendit maître de la mer.
L'année suivante, il porta attention vers le nord-ouest. Le Duc de Bretagne, Jean III étant mort sans enfant en avril 1341, son héritage fut disputé entre son frère, le comte Jean de Monfort et sa nièce, Jeanne la Boiteuse, fille de son frère aîné, laquelle avait épousé Charles le Blois, neveu du roi de France.
Jean de Monfort gagna Nantes où il convoque la noblesse bretonne. De nombreux seigneur furent contre lui ; alors il s'empara de Rennes, Hennebont, Vannes, Auray, Dinan non sans vives résistances, qui le décidèrent à se rendre près d'Edouard III et lui faire l'hommage du duché de Bretagne. Le roi d'Angleterre, démêlant les avantages de cet affaire, lui promit aide et défense.
A son retour, Montfort fut demandé par Philippe VI. Imprudent car "à peine rien est fait, qui ne soit su" remarque Froissart, il déclina le conseil de sa femme Jeanne de Flandre et s'en revint à Paris où le Roi l'accusa devant les pairs d'avoir usurpé le duché de Bretagne et fait hommage au dit roi d'Angleterre. C'était net. Aussi Montfort, la nuit suivante s'échappa de Paris sous un déguisement et regagna Nantes. Sur quoi les pairs attribuèrent l'héritage à Charles de Blois (7 septembre 1341).
Le neveu de Philippe VI partit sans retard avec une armée, soumit quelques territoires et mit le siège devant Nantes. D'autre part, une flotte anglaise avec Robert d'Artois vint attaquer Vannes en septembre, aidée par Olivier de Clisson et des seigneurs Bretons. D'Artois livra aussi un combat naval, y fut blessé et en mourut, achevant là son rôle alors que bientôt celui de Geoffroy allait commencer.
Les bourgeois de Nantes ayant rendu leur ville le 2 novembre, Montfort y fut pris et emmené vers le Roi qui le fit garder au Louvre. Toutefois , les hostilités continuèrent ; la comtesse, femme énergique et vaillante, se mit à la tête de leurs partisans et se fortifia dans Rennes.
Au printemps 1342, le comte de Blois se porta en Haute-Bretagne. Par la vallée de la Vilaine, il entreprit le siège de Rennes, qui dut se rendre en mai. La comtesse avait pu s'échapper ; gagner Hennebont, port bien défendu, au fond de la baie de Lorient, elle y brava son ennemi qui ayant enlevé Dinan, Vannes et Auray, l'attaqua dans ce refuge. Pourtant, il la serrait de près, quand Edouard III vint en personne, par mer, délivrer Hennebont d'où il partit assaillir Vannes et menacer Nantes.
Le roi Philippe entrant aussitôt dans l'action amena vers Charles le Blois, qui avait reculé, de nouvelles forces. Après le 12 novembre, ils entrèrent ensemble en Bretagne. Edouard à son tour se replia et se retrancha pour l'hiver dans le Morbihan, à proximité d'Hennebont. Les pillages ayant ruiné le pays, il fut satisfait d'éviter la famine à son armée en signant le 19 janvier 1343 la trêve de Malestroit pour trois ans.
Une trêve ne servait qu'à reprendre des forces et à se soustraire l'un à l'autre des alliés qui d'amis d'hier, seraient ennemis demain. Les mœurs du temps prêtaient à ces volte-face. Sans délai, s'ourdissaient des complots et des ligues par l'effet des préférences, des passions ou des intérêts...
Le roi d'Angleterre étant parti, Charles de Blois occupait une bonne partie des villes. Aussi la comtesse de Montfort ne cessa point de s'organiser contre lui, maintenant ferme et actif son parti, avec l'aide de nombreux seigneurs de vieille Bretagne dont le plus zélé fut Olivier, sire de Clisson.
Ce hardi seigneur rallia une vaillante troupe, entr'autre les sires de Laval, d'Avaugour, les chevaliers Thielans de Morillon, Geoffroy de Malestroit, le jeune Guillaume de Briex, Alain de Kedillac, Jean de Mautauban (du pays de Montfort), Denis du Plaissié et les écuyers Jean Malart, Jean de Briez, Raoulet de Briez, Jean de Levedain. Ils tentèrent un coup de main contre Vannes sans aboutir. Mais ils eurent plus de succès en entraînant dans leur voie des seigneurs Normands grâce à Geoffroy d'Harcourt, parent d'Olivier de Clisson.

 

Chevalier vers 1350. Sa cotte en "queue d'écrevisse", a été mis aux armes des Harcourt. Tel pourrons-nous imaginer Geoffroy d'Harcourt (Dessin de Viollet-Le-Duc mis en couleurs par Francine Gautier).

Chevalier vers 1350. Sa cotte en "queue d'écrevisse", a été mis aux armes des Harcourt. Tel pourrons-nous nous imaginer Geoffroy d'Harcourt (Dessin de Viollet-Le-Duc mis en couleurs par Francine Gautier).

LES Seigneurs normands

En ce temps, les provinces arrachées tantôt par un souverain tantôt par un autre, n'étaient jamais assurées d'une partie définitive. Ainsi la Bretagne refusa longtemps de se reconnaître en France ; ainsi la Normandie conquérante de l'Angleterre puis réunie au domaine des Capétiens, hésitait à se croire ou anglaise, ou française. Bien plus, une partie seulement des familles ayant suivi Guillaume le Bâtard, il en résultait que beaucoup de Normands de France avaient des parents de l'autre côte de la Manche, et nombreux étaient-ils qui ne pensaient pas mal agir en servant le roi de leur race qui gouvernait la Grande-Bretagne. Or Geoffroy d'Harcourt ne manquait pas de ces motifs.
A l'époque lointaine où Rollon s'était installé en France, un de ses meilleurs compagnons, Richard le Danois, établi d'abord à Pierrepont en Cotentin fit construire pour son fils Néel, plus au nord, sur le versant Est d'un plateau qui domine la vallée de l'Ouve, à quatre lieux au sud de Valognes, le château de Saint-Sauveur. Sa lignée pris le nom de Néel de Néhou, vicomtes du Cotentin. Un de ces Néel fonda l'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte, que vinrent occuper des religieux de la célèbre abbaye de Jumièges. Par la suite, seigneurie et do...

Il vous reste 70 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas