Patrimoine normand

 

Le château de Bonneville-sur-Touques

Mercredi 16 Janvier 2008
Le château de Bonneville-sur-Touques

Vue aérienne du château de Bonneville, remarquable surtout par ses fossés à peu près intacts.  Les tours et courtines ont perdu une bonne partie de leur hauteur sauf à l’est où subsiste la « Tour de Robert le Diable » conservée sur toute sa hauteur (12 mètres) et avec une partie de la courtine voisine. (Photo Yvonnick Guéret, Romeo India PVA.)


Extrait Patrimoine Normand n°16.
par Georges Bernage.

 

Dominé par l’ancien château des Ducs de Normandie, Touques fut autrefois l’un des grands ports de notre région. C’est actuellement un bourg augeron au décor préservé.

En amont du port de Touques (alors premier port du pays d’Auge au XIe siècle et l’un des principaux de Normandie), à l’orée de la forêt et sur une butte dominant la vallée, les ducs de Normandie ont une résidence qui sera fortifiée. Ils y séjournent pour leurs loisirs – la forêt proche leur permet de chasser facilement – mais aussi pour attendre le bateau qui va les emmener en un autre point de la côte normande et, plus tard quand ils seront aussi rois d’Angleterre, sur la côte sud de leur royaume. Guillaume le Bâtard résidera souvent au château de Bonneville et à Touques. D’après Orderic Vital, c’est à Bonneville qu’il aurait confié la régence du duché à Mathilde avant son départ pour l’Angleterre. En 1086, Guillaume le Roux, fils du Conquérant, s’embarque à Touques pour rejoindre l’Angleterre, son futur royaume, en apprenant la fin proche de son père. À cette époque, nos ducs-rois abordaient souvent à Touques quand ils revenaient d’Angleterre alors qu’ils embarquaient à Barfleur lors de leur départ pour l’Angleterre : Barfleur et Touques les deux grands ports « transmanches » à l’époque du duché de Normandie ont complètement perdu ce rôle au fil des siècles.

Guillaume le Roux, que nous venons d’évoquer, débarquera à Touques en 1099 quand il sera rappelé inopinément par la révolte des Manceaux contre son autorité. Selon Orderic Vital : « En 1112, Robert de Bellême, seigneur puissant et rusé, d’un caractère violent et cruel, après avoir exercé toutes sortes de ravages dans les contrées soumises à sa domination, prit parti pour Foulques d’Anjou et les autres ennemis de Henri Ier. Le roi le cita par trois fois devant sa justice à Bonnevil­le : le fier seigneur refusa de comparaître ; enfin, ayant osé se présenter comme envoyé du roi de France (Louis le Gros), il demanda à être com...

 

Il vous reste 85% de cet article à lire.

 



Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine-Normand n117

N°117
Avril-Mai-Juin 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

à Paraître


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand