Patrimoine Normand magazine

 

Dampierre - le patrimoine exceptionnel d’un village du bocage

Jeudi 24 Janvier 2008
Dampierre - le patrimoine exceptionnel d’un village du bocage

Château de Dampierre - La façade orientale du château, encadrée par deux tours, plonge dans de longues douves. Il témoigne des travaux commandés par Hervé IV de Longaunay mais le logis qui devait se trouver sur la face occidentale a disparu. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand.)


Extrait Patrimoine Normand n°24.
Par Georges Bernage.

 

Entre Torigni-sur-Vire et Caumont-l’Eventé, à l’écart des grandes routes, le puissant château de Dampierre et l’exceptionnelle crypte funéraire de son église témoignent encore d’un passé prestigieux.

La grande histoire a marqué ce petit village de son empreinte grâce au rôle des seigneurs du lieu dont les origines les plus lointaines remontent à un compagnon de Rollon. Au Xe siècle, Raoul Theu-Zart ou « Thésart » (ou Thésard) avait reçu de Rollon le fief des Essarts (plein fief de haubert) à La Bazoque près de Balleroy. Son arrière petit-fils, Herbert Thézart des Essarts, sera grand maître de la forêt de Bur-le-Roy (nom ancien de la forêt de Balleroy). Au XIVe siècle, Louis Thézart est évêque de Bayeux (en 1361) puis archevêque de Reims. Son neveu, Hébert Thésard, chevalier banneret seigneur des Essarts, épouse la dernière héritière de la seigneurie de Dampierre, Perrette de Dampierre (vers 1380 ou 1390). Ce fief est entré dans la famille Thésard. Leur petit-fils, Richard Thésard (mort en 1474) a épousé Catherine de Mauny, Dame de Dampierre. Ils n’ont qu’une fille, Marie Thésard, Dame de Dampierre. Celle-ci épouse Nicolas de Silly en premières noces. Il décède, son gisant est conservé dans la chapelle seigneuriale de l’église de Dampierre. Il est en armure du début du XVIe siècle et porte un tabard ou cotte armoriée (« d’hermine à la fasce de gueules accompagnée en chef de trois tourteaux de même »). Marie Thésard se remarie alors en secondes noces à Jean II de Longaunay, seigneur de Damigny. Elle amène ainsi le fief de Dampierre dans la famille de Longaunay.

Le tombeau de Nicolas de Silly (à gauche) surmonté par son gisant et celui de Catherine de Sureau (amoiries entourées de feuilles de laurier) et d’Hervé IV de Longaunay, (armoiries entourées du collier de l’ordre de Saint-Michel) surmonté du tombeau de Marie Thésard. (Photo Georges Bernage © Patrimoine Normand)

Le tombeau de Nicolas de Silly (à gauche) surmonté par son gisant et celui de Catherine de Sureau (amoiries entourées de feuilles de laurier) et d’Hervé IV de Longaunay, (armoiries entourées du collier de l’ordre de Saint-Michel) surmonté du tombeau de Marie Thésard. (Photo Georges Bernage © Patrimoine Normand)

Les Longaunay

Cette nouvelle famille va profondément marquer l’histoire de Dampierre. Leur origine se situe à Longaulnay, fief éponyme, près de Bécherel en Bretagne. Un cadet de cette famille, parent de du Guesclin, était venu en Normandie lors de la guerre de Cent Ans et avait épousé en 1371 la dernière héritière du fief de Damigny (paroisse de Nonant, à l’est de Bayeux), Agnès du Plessis. Ainsi, d’Agnès du Plessis à Marie Thésard (sans oublier Perrette de Dampierre), les riches héritières ont joué un rôle important dans l’accroi...

 

Il vous reste 88 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas