Patrimoine normand

1077 : Joies et épreuves pour la famille ducale

Jeudi 31 Janvier 2008
1077 : Joies et épreuves pour la famille ducale

La crypte de la cathédrale de Bayeux est la partie la plus ancienne de l’édifice. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand.)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°48.
Par Thierry Georges Leprévost.

 

Odon de Conteville, évêque de Bayeux (écoinçon de la nef). (© Thierry Georges Leprévost)
Odon de Conteville, évêque de Bayeux (écoinçon de la nef). 
(© Thierry Georges Leprévost)

1077 est une année mitigée, pour Guillaume comme pour le souverain pontife. C’est là qu’éclate au grand jour la querelle des investitures, une crise qui mine les rapports entre Grégoire VII et Henri IV. En 1076, le maître du Saint-Empire romain germanique avait fait désavouer le pape par un synode allemand. Rome avait répondu par l’excommunication de l’insolent. Le 28 janvier 1077, toutefois, l’empereur implore et obtient son pardon au château de Canossa, en Émilie, pour une trêve qui allait durer trois ans.

Rien de tel en Nor­mandie ! Voici bien longtemps que son duc procède lui-même à la nomination des évêques sans rendre aucun compte au Vatican. Bien sûr, il a bénéficié du soutien d’Ale­xandre II à la « guerre sainte » de 1066 contre le parjure Harold, mais ce temps-là est révolu. Grégoire VII ne peut plus rien apporter à Guillaume, qui désormais ne se prive pas de lui tenir tête ouvertement. Lanfranc prétend-il se rendre aux conciles papaux ? Le duc-roi le lui interdit, et le primat d’Angleterre s’incline sans protester. Aussi l’Église anglo-normande vit-elle sa vie, libre et fastueuse, sans se soucier le moins du monde des exigences romaines, ce qui ne l’empêche pas de prospérer, bien au contraire. Car 1077 sera une année de grandes consécrations d’édifices religieux.

 

DES DÉDICACES QUI S’ENCHAÎNENT

Le 14 juillet, Odon préside celle de sa cathédrale de Bayeux, totalement reconstruite après son incendie, sauf la crypte que le feu avait épargnée. L’or­gueil­leux earl de Kent a mis dans la cérémonie toute l’ostentation dont il est coutumier. Bien en évidence devant la population en liesse, les saintes reliques du diocèse, sur lesquelles Harold s’est parjuré onze ans et demi plus tôt, rappellent à tous le rôle qu’elles ont joué après la mort d’Édouard le Confesseur. L’évê­que chevalier resplendit sous ses plus beaux atours sacer...
 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand