Patrimoine normand

Les bacs de la Seine

Jeudi 31 Janvier 2008
Les bacs de la Seine

Le bac de Mesnil-sous-Jumièges. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Alexandre Vernon

Extrait Patrimoine Normand n°48.
Par Alexandre Vernon.

 

Le bac de Grand-Couronne vers 1910 (à droite un douanier, au fond un cotre de transport). (© Coll. Patrimoine Normand)
Le bac de Grand-Couronne vers 1910 (à droite un douanier, au fond un cotre de transport). 
(© Coll. Patrimoine Normand)

Langoureusement coule la Seine. Fleuve mythique et mystérieux, elle coupe en deux la Normandie en de lents courants ondulants. Entre Rouen et la mer, sur une distance de quelque 130 km, avant les travaux d'endiguement, la Seine-Maritime constituait jadis une sorte de longue rade intérieure avec des hauts fonds et des fosses plus ou moins profondes qui rendaient la navigation périlleuse. Actuellement, si son parcours offre moins de danger pour les bateaux, il nécessite quand même le concours de pilotes expérimentés. Mais depuis toujours, ce fleuve vivant s'est docilement prêté aux passages des hommes entre ses deux rives, malgré ses bancs mouvants et chenaux capricieux.

Des indispensables traits d’union

Il y eut d’abord les passeurs sur des trajets reconnus tout au long du fleuve avec des embarcations à fond plat de différents calibres. Il y eut même dans l’ancien temps des passages à gué dans l’estuaire sauvage comme ce fut le cas à Aizier, lorsque la basse mer le permettait, en prolongement de la grande voie romaine vers Lillebonne. Aujourd’hui, en plus des grands ponts qui enjambent la Seine, dont le majestueux pont de Normandie, huit bacs à moteur traversent le fleuve en divers endroits, transportant le voyageur d’une rive à l’autre, d’un pays à l’autre, en un temps suspendu, comme dans un rêve. Un trafic régulier qui, en dehors du charme de la traversée qui pourrait relever d’un certain folklore, contribue en réalité à l’essor économique de toute une région à travers un besoin atavique particulier transmis depuis des générations : passer « de l’ôt côté de l’iau » comme on dit en pays cauchois, au sein d’une même et unique Normandie.

Ce qui prouve la nécessité ressentie par toute une population de traverser la Seine. Mais celle-ci, au fil des ans, est devenue une affaire de spécialistes. À une certaine époque où l’utilisation du fleuve était plus diversifiée, quelques riverains, possédant leur embarcation et aussi une connaissance suffisante des lieux et des courants, pouvaient se lancer sur le fleuve. Ceux-ci étaient d’ailleurs d’anciens marins ou des pêcheurs. Sous l’ancien régime, le privilège de passage était âprement discuté entre les seigneurs locaux (de Tancarville, Orcher, Ételan, Mailleraye) et les moines de Jumièges, de Saint-Wandrille, et de Saint-Georges-de-Boscherville en une sorte de monopole lié à la posse...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand