Patrimoine normand

La cathédrale Saint-André d’Avranches - Renaissance d'un édifice perdu

Vendredi 10 Avril 2015
La cathédrale Saint-André d’Avranches - Renaissance d'un édifice perdu

Vue ancienne d’Avranches (XVIIe siècle). Elle présente la ville haute avant la Révolution et permet de constater les nombreuses destructions. Saint-André, la cathédrale, est encore en place. (© Coll. Patrimoine Normand)


Extrait Patrimoine Normand n°93
Par François Saint-James, Érik Follain, David Nicolas-Méry.

 
Proposition de restitution 3D de la façade de la cathédrale d’Avranches d’après la documentation existante. On a essayé parallèlement de mettre le modèle dans son contexte en travaillant sur les fortifications et en évoquant symboliquement le bâti environnant. (© Érik Follain)
Proposition de restitution 3D de la façade de la cathédrale d’Avranches d’après la documentation existante. On a essayé parallèlement de mettre le modèle dans son contexte en travaillant sur les fortifications et en évoquant symboliquement le bâti environnant. (© Érik Follain)

C’est à l’emplacement de la place Daniel-Huet et surtout du square Thomas-Becket que s’élevait la cathédrale Saint-André, au nord-ouest du promontoire occupé par la vieille ville d’Avranches. Aujourd’hui totalement disparue elle n’existe qu’au travers de l’iconographie, des témoignages anciens et des fouilles archéologiques. À partir de cette documentation, nous allons tenter d’en savoir un peu plus et de présenter une première restitution de sa façade en image de synthèse.

Le 4 mai 1812, la municipalité d’Avranches faisait « sauter à l’aide de la poudre » les deux tours de la cathédrale Saint-André, derniers vestiges de l’église en ruine depuis l’effondrement d’une partie des voûtes en 1796. Ainsi disparaissait l’édifice majeur d’Avranches. Pourtant, à la veille de la Révolution, l’évêque s’était inquiété de l’état de son église et avait demandé à l’ingénieur des Ponts & Chaussées Viallet un projet de restauration ; malheureusement ce dernier ne fut jamais réalisé. En 1802, le maire d’Avranches, Tesnière de Brémesnil, tenta de s’opposer à l’arasement de l’église. Il adressa au ministre une note pour obtenir quelques subsides afin de consolider les ruines et sauvegarder les tours. De l’argent lui fut promis, mais les guerres de l’Empire emportèrent les espoirs de l’édile.

Les travaux du chanoine Émile-Aubert Pigeon, au XIXe siècle, constituent la référence pour la connaissance du monu...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand