Patrimoine normand

La Liberation de Deauville

Vendredi 11 Juillet 2014
La Liberation de Deauville

La Libération de Deauville. À cause de la destruction du pont, une passerelle piétonne est jetée sur la Touques. (© Coll. Gilbert Hamel)


Extrait Patrimoine Normand n°90
Par Thierry Georges Leprévost & Gilbert Hamel.

 
L’un des planeurs Horsa tombés à Saint-Pierre-Azif le 6 juin 1944. (© Coll. Gilbert Hamel)
L’un des planeurs Horsa tombés à Saint-Pierre-Azif le 6 juin 1944. (© Coll. Gilbert Hamel)

Le Débarquement va ouvrir le dernier chapitre du grand livre de l’Occupation. Bien qu’il se déroule quelques kilomètres plus à l’ouest, il ne sera pas sans conséquences dans la région deauvillaise. 

De juin à août

Dans la nuit du 5 au 6 juin, 6000 hommes sont largués entre l’Orne et la Dives, soit à bord de planeurs, soit en parachutes. À la suite d’erreurs d’identification des rivières, une cinquantaine de parachutistes et trois planeurs Horsa se retrouvent à Vauville, Saint-Pierre-Azif et Saint-Vaast-en-Auge. Douze d’entre eux n’y survivront pas ; ils reposent dans le cimetière de cette dernière commune. Un Résistant deauvillais, Jean-Marie Budet, prend l’initiative de recueillir les rescapés et de les cacher dans les dépendances du château de Saint-Pierre. Puis il les achemine vers le reste de leurs unités dans les bois de Bavent, avec l’aide d’une jeune fille très impliquée dans la Résistance, connue sous le nom de Mlle Haricot. Recherché sur dénonciation, M. Budet n’en continuera pas moins son action en faveur des Alliés. En juillet, quand une forteresse volante fait un atterrissage de fortune à l’école de Glanville, il cache les aviateurs jusqu’à l’arrivée des libérateurs le 22 août.

Beaucoup de Résistants périrent avant d’assister à la victoire qu’ils appelaient de leurs vœux. Retenons les noms de Dobert, Capron, Martin, Besson, Thomas, Tirot, Avril, Douté, Lévy... qui payèrent de leur vie leur engagement contre l’occupant. En bordure des Planches, une stèle rappelle l’exécution par les nazis de six résistants, le 25 juillet 1944. Les FTP Émile Louvel, Émile Dupont, Pierre Brière, Léon Tellier ; Fernand Lagnel, du groupe Résistance ; Stanislas Kukula, qui n’appartenait à aucun réseau constitué. Tous fusillés après avoir été torturés sans avoir livré un seul nom, épargnant ainsi de nombreuses vies hu...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand