Patrimoine normand

Porte Saint-Hilaire de Rouen - Élément majeur de la dernière enceinte urbaine

Jeudi 7 Avril 2022
Porte Saint-Hilaire de Rouen - Élément majeur de la dernière enceinte urbaine

La porte Saint-Hilaire de Rouen. Un élément majeur de la dernière enceinte urbaine. Évocation de l’état pendant la guerre de Cent Ans ; vue telle que l’on aurait pu l’avoir en sortant de la ville et avant de s’engager sur le pont-levis. (3D © Érik Follain)


Erik Follain

Extrait Patrimoine Normand n°121
Par Érik Follain.

 
La porte Saint–Hilaire telle que figurée sur le folio 19v de The Pageants of Richard Beauchamp, Earl of Warwick. (© The British Library - Domaine public - www.bl.uk)
La porte Saint–Hilaire telle que figurée sur le folio 19v de The Pageants of Richard Beauchamp, Earl of Warwick. (© The British Library - Domaine public - www.bl.uk)

Qui pourrait deviner, en roulant sur les boulevards de Rouen, qu’il longe les remparts de l’enceinte du XIVe siècle ? C’est pourtant lors de travaux sur la place Saint-Hilaire, que des vestiges de la porte du même nom ont été mis au jour. Cet ouvrage fortifié jouera un rôle majeur lors de la guerre de Cent Ans et durant les guerres de Religion.

Au cours de son histoire, Rouen s’entoure d’enceintes fortifiées de plus en plus vastes. Héritée du Bas-Empire, la muraille gallo- romaine forme un rectangle dont on ignore la fermeture au sud. C’est ainsi que l’estimation de sa surface oscille entre 15 et 25 ha. Elle est conservée jusqu’à la période ducale, et renforcée par un palais, la « Tour de Rouen » ou « Vieille-Tour », dans l’angle sud-est. Une seconde enceinte est construite au XIIe siècle par la dynastie anglo-normande des Plantagenêts ; la ville intra-muros atteint alors 80 ha. Le roi de France Philippe Auguste, qui vient de conquérir au début du XIIIe siècle la Normandie, conforte sa mainmise sur Rouen en bâtissant le château de Bouvreuil au nord. À l’initiative de Philippe VI de Valois, au début de la guerre de Cent Ans, une nouvelle campagne de travaux permet la reprise des ouvrages existants, mais également un développement vers l’est autour des quartiers drapiers, de part et d’autre de la rivière du Robec. Pendant l’occupation anglaise, entre 1419 et 1449, une ultime forteresse est érigée dans l’angle sud-ouest, le « Vieux-Palais ». C’est la dernière enceinte que nous voulons évoquer ici, au travers de la découverte de vestiges de l’une de ses principales entes, la porte Saint-Hi...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand