Patrimoine normand

Deux églises de campagne au XVIIe siècle en Normandie : Loisail et Courgeon

Jeudi 31 Janvier 2008
Deux églises de campagne au XVIIe siècle en Normandie : Loisail et Courgeon

Église Notre-Dame à Courgeon. L’église face sud et abside avec les contreforts Renaissance et leur décoration. (© Gérard Schorp)


Gérard Schorp

Extrait Patrimoine Normand n°56
Par Gérard Schorp.

 
Loisail. La tour-clocher de style Renaissance, 1631-1634. L’arc du porche monumental occupe deux niveaux. Cette tour est bâtie à cheval sur le pignon de l’église. (© Gérard Schorp)
Loisail. La tour-clocher de style Renaissance, 1631-1634. L’arc du porche monumental occupe deux niveaux. Cette tour est bâtie à cheval sur le pignon de l’église. (© Gérard Schorp)

Au XVIe siècle les guerres de religion avaient été désastreuses pour le patrimoine religieux.

Dès 1562, la Normandie était le théâtre de graves actes de vandalisme ; cette même année, maîtres de Rouen, les protestants pillent et saccagent la cathédrale. Jusqu’à la fin du siècle, les campagnes sont sillonnées par les troupes de protestants qui pillent bourgs et villages non protégés par des remparts : de nombreuses églises rurales étaient à l’abandon, voire vidées de leur mobilier ou incendiées. Dans le Perche, le paroxysme de la violence et des attaques se situe entre 1570 et 1580. Pour assurer leur défense, maisons nobles, manoirs ou même presbytères ajoutent archères, bouches à feu et bretèches. Les logis de Sainte-Gauburge en sont le meilleur exemple. À cette ruine matérielle s’ajoute l’abandon moral : de nombreux curés ne résident plus sur la paroisse ou sont empêchés d’exercer dans les zones gagnées à la Réforme.

Au XVIIe siècle, la France connaît un renouveau religieux et moral. Les décrets du Concile de Trente (1545-1563) sont enfin appliqués dès le début du siècle : - un séminaire par diocèse est créé pour former des prêtres instruits ; - obligation de résidence pour les évêques et les curés. Saint Vincent de Paul, avec la création des Lazaristes, vise au même but pour aider le clergé des campagnes sur le plan moral et spirituel et lui assurer une formation - (les fameuses conférences). Enfin de nombreuses « missions » de religieux, Capucins en particulier, parcourent les paroisses de campagne.

Dans la première partie du siècle a lieu également une remise en ordre matérielle qui peut être constatée par les comptes rendus des visites épiscopales dans les paroisses. Ces comptes rendus signalent souvent la disparition des vases sacrés et objets de culte ainsi que du mobilier de l’église. Ce constat sera suivi d’effet et le XVIIe siècle va doter de nombreuses églises de campagne de la région d’un mobilier dont la richesse et la variété sont souvent méconnues. C’est le cas de deux paroisses de Mortagne-au-Perche : Loisail et Courgeon où non seulement le mobilier fut refait mais également les deux églises furent recons...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand