Patrimoine normand

Clos-masure du pays de Caux : la nécessité de planter des arbres et des brise-vent

Dimanche 1 Février 2009
Clos-masure du pays de Caux : la nécessité de planter des arbres et des brise-vent

Représentation d'un clos-masure en pays de Caux. (© CAUE 76)


Alexandre Vernon

Extrait Patrimoine Normand n°69
Par Alexandre Vernon.
 
Le clos-masure à Manneville-la-Goupil. (© Lionel Véret)
Le clos-masure à Manneville-la-Goupil. (© Lionel Véret)

Le pays de Caux est un immense patchwork fait de puzzles divers verdoyants dont, vu du ciel, se distinguent des quadrilatères de rideaux d’arbres entourant des corps de ferme au milieu du plateau. Par ci, par là, disséminés, des taches plus sombres de bosquets et de forêts ponctuent la campagne et en font toute la respiration en même temps que sa protection. Mais il est vrai que ces plantations ont tendance à s’amenuiser dangereusement, par abattages d’arbres, par extension des cultures et des habitats, par ignorance bien souvent.

Tous les ans, aux environs de la Sainte Catherine, le CAUE, Con­seil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement, en partenariat avec le Conseil Général de la Seine-Maritime, par des conférences, des dé­monstrations de plantations et de tailles de haies vives, s’em­ploie à mobiliser le monde rural pour inciter à planter des arbres, à planter utile, à planter toujours… Cette année, il n’a pas failli à sa mission en recommandant l’urgence qu’il y avait de planter des brise-vent et de protéger les clos-masures.

Clos-masure. (­­Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand)

Clos-masure. (­­Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand)

Protégeons nos arbres

Les clos-masures de la campagne cauchoise, cachés derrière leurs arbres, ne sont pas ainsi installés pour le charme du paysage. On pourrait croire que ce mode d’habitation correspond au caractère de méfiance propre au paysan cauchois. Peut-être… mais à l’évidence il s’agissait, il s’agit surtout de se protéger du vent d’ouest, ce vent marin qui souffle quelquefois en rafales. Les anciens le savaient, eux, qui ont planté partout dans la campagne normande quand il le fallait, où il le fallait, pour se protéger du vent, mais aussi pour garantir le bon drainage des eaux de ruissellement, pour abriter les bâtiments du corps de ferme. Et ce n’était par souci d’esthétisme. Les paysans cauchois sont gens pragmatiques. Ils ont planté pour nous, pour leur descendance. Car pour voir un chêne ou un hêtre adulte il faut attendre une bonne cinquantaine d’an­nées, si ce n’est plus. Et nous, que faisons nous ? Nous arrachons, nous coupons parce que la route s’élargit, parce que cela gêne les lignes EDF, parce que l’on a besoin d’argent, et parce que l’on ignore toute la richesse de ces plantations.. Alors on vend ces arbres fiers, comme on se débarrasse d’une vieille vache laitière. Et depuis que la tronçonneuse existe il n’y a pas de li...

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand