Patrimoine normand

Russie viking, vers une autre Normandie ?

Dimanche 10 Juillet 2011
Russie viking, vers une autre Normandie ?

Les Hôtes d'outre-mer ; huile sur toile de Nikolaï Roerich, 1901 ; Galerie Tretiakov, Moscou. (© Bridgeman Art Library)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°78
Par Thierry Georges Leprévost.
 

Ce titre un brin provocateur désigne la grande exposition de l'année 2011 à Caen dans un Musée de Normandie qui a choisi d'élargir ses horizons. Voulue par son ancien directeur Jean-Yves Marin, préparée longtemps en amont dans la perspective du Onzième Centenaire, elle s'attache à l'établissement des Scandinaves au pays de Novgorod. L'occasion d'apprécier similitudes et différences avec le phénomène qui toucha « notre » Normandie.

À partir du VIIIe siècle, de nombreuses similitudes apparaissent entre la naissance de la Normandie et l'établissement de Scandinaves au pays de Novgorod, désigné par les sources les plus anciennes sous l'appellation de Rous, qui donnera son nom à la Russie.
 

Cette carte met en évidence les migrations nordiques entre le VIIIe et le Xe siècles. Si les Vikings de l'ouest sont de grands navigateurs maritimes, les Varègues s'appuient pour leur part sur un réseau fluvial qui leur ouvre de larges perspectives orientales. (© Musée de Normandie) 

Cette carte met en évidence les migrations nordiques entre le VIIIe et le Xe siècles. Si les Vikings de l'ouest sont de grands navigateurs maritimes, les Varègues s'appuient pour leur part sur un réseau fluvial qui leur ouvre de larges perspectives orientales. (© Musée de Normandie)

Venez et gouvernez-nous !

Tandis que Danois et Norvégiens écument les mers et les fleuves de l'ancienne Gaule, les Vikings de l'est, les Varègues, explorent les rives du Lac Ladoga et de la haute Volga, où ils rencontrent des tribus slaves et finno-ougriennes (originaires de l'Oural). Peu propice à la colonisation rurale, ce territoire est dominé par les forêts et les marécages. Contrairement aux compagnons et alliés de Hrolf (ou Rollon), ils n'y trouvent pas de monastères à ravager, pas de grandes villes à piller, ni même de manifestation d'un pouvoir établi, d'un état constitué comme en Francie. Les richesses, or, argent, soie, sont bien plus loin au sud : à Byzance, à Bagdad, en Asie, dont les routes leur sont connues. Alors, ces grands commerçants commencent par installer des comptoirs au nord de la future Russie, en collaboration avec les autochtones baltes, finnois et slaves : marchés de l'ambre, des fourrures, des armes et des esclaves (le mot slaves les désigne encore en anglais). Il s'ensuit des contacts fructueux avec les autorités locales, des « princes » peu organisés entre eux, aux intérêts contra...

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand