Patrimoine normand

Tillières-sur-Avre - Une cité de caractère au fil du temps

Mercredi 21 Décembre 2022
Tillières-sur-Avre - Une cité de caractère au fil du temps

La porte fortifiée est l’un des emblèmes de Tillières-sur-Avre. (© Stéphane William Gondoin)


Virginie Michelland

Extrait Patrimoine Normand n°124
Par Virginie Michelland.
 
Les vestiges des fortifications bénéficient d’une belle mise en valeur dont profitent les promeneurs qui arpentent le grand parterre, devenu place publique au pied des murailles. (© Virginie Michelland)
Les vestiges des fortifications bénéficient d’une belle mise en valeur dont profitent les promeneurs qui arpentent le grand parterre, devenu place publique au pied des murailles. (© Virginie Michelland)

À quelques kilomètres de Verneuil, Tillières-sur-Avre est une destination discrète, mais qui n’a pas à rougir de son passé ni de son patrimoine. Remontons le cours du temps, au rythme paisible de la rivière…

Tillières-sur-Avre revendique mille ans d’histoire. La ville est le premier bastion fortifié de la vallée de l’Avre. Le traité de Saint-Clair-sur-Epte, conclu en 911 entre Rollon, le chef scandinave, et Charles le Simple, roi de France, a choisi la rivière comme frontière, conférant un rôle stratégique aux places qui seront implantées le long de son cours. Un maillage fortifié se constitue peu à peu, d’ailleurs sans réel « programme de couverture du territoire », comme l’indiquent Astrid Lemoine-Descourtieux et Pierre Durand. Avec les fossés royaux, aménagés quarante ans plus tard par Henri II Plantagenêt, c’est un réseau bien étoffé qui se met en place, à raison d’une place forte environ tous les vingt kilomètres.
 

Une cité millénaire

La fortification de Tillières-sur-Avre est l’œuvre du duc de Normandie Richard II (996-1026), soucieux de se prémunir contre son puissant voisin, Eudes II de Blois, comte de Dreux-Chartres. Le château de Tillières est construit sur la partie sommitale d’une éminence naturelle dominant la rive normande de l’Avre. Le poète jersiais Wace, qui écrit au XIIe siècle, évoque un fossé et des palissades, renforcées par un mortier en pierres taillées. Les ducs de Normandie y délèguent bientôt de puissantes familles qui y entretiennent une garnison. Les Tosny et les Castillon cèdent la place aux Crespin, seigneurs de Tillières de 1030 à 1370. Les Garencières, dits « Le Baveux » leur succé...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand