Patrimoine normand

Le bois des Moutiers à Varengeville : une minutieuse composition

Jeudi 31 Janvier 2008
Le bois des Moutiers à Varengeville : une minutieuse composition

Le bois des Moutiers à Varengeville : une minutieuse composition. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)


Extrait Patrimoine Normand n°45.
Par Olinda Longuet.

 
Antoine Bouchayer-Mallet veille désormais sur le domaine de son aïeul. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)
Antoine Bouchayer-Mallet veille désormais sur le domaine de son aïeul. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)

Guillaume Mallet créé ici son paradis terrestre avec l’aide de deux génies, l’un architecte l’autre paysagiste, botaniste.

Dans le pays de Caux, une valleuse désigne une petite vallée creusée dans la craie de la falaise. Jadis nommée localement avaleuse, parce qu’elle descendait vivement vers l’aval, elle est une des caractéristiques de la Côte d’Albâtre. À une dizaine de kilomètres de Miromesnil, la valleuse de Varengeville a dû con­naître les courses échevelées du petit Guy de Maupassant, bien avant que l’auteur de Pierre et Jean ne lui préfère le séjour d’Étretat. Aujourd’hui, le fils spirituel de Flaubert aurait bien du mal à s’y reconnaître. Lui qui l’a vue rase et nue, crevasse à fleur de roche, moitié d’entonnoir à ciel ouvert se déversant dans la mer, il la retrouverait boisée, luxuriante, peinture vivante d’un vert intense. Cette métamorphose a commencé cinq ans après la mort du grand écrivain cauchois, par la volonté d’un seul homme.
 

Une position privilégiée

Cet homme, c’est Guillaume Mallet, un ancien officier de cavalerie né en 1860 d’une famille de banquiers protestants. Bien avant eux, au XIe siècle, son illustre homonyme et aïeul Guillaume Malet, seigneur de Graville, combattait à Hastings avec Guillaume de Normandie. Après la victoire, celui-ci lui ordonnait d’enterrer discrètement l’usurpateur Harold sous un cairn de pierres, tout en haut de la falaise calcaire du Sussex. Est-ce un obscur atavisme qui pousse son descendant vers Varengeville, qui le fait revenir en ce pays de Caux où ses an­cêtres ont vécu ? Peut-être, mais ce n’est pas la seule raison : pendant la guerre de 1870 et la Commune, ses parents se sont réfugiés sur l’île de Wight, où le jeune Guillaume passe la fin de son enfance. En 1895, son voyage de noces le mène en Italie et en Égypte, et c’est la découverte d’un autre monde, d’une autre végétation qui lui laissera une empreinte indé...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand