Patrimoine normand

Du Nautilus au Vendémiaire - La conquête des fonds marins et la Normandie

Mercredi 9 Octobre 2013
Du Nautilus au Vendémiaire - La conquête des fonds marins et la Normandie

Mise à l'eau d'un sous-marin de type Goubet à Toulon. (carte postale ancienne – coll. particulière. DR)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°87.
Par Stéphane William Gondoin.

 
Le Nautilus de Fulton. (DR)
Le Nautilus de Fulton. (DR)

Entre les années 1890 et la Première Guerre mondiale, la France se lance dans un vaste programme de construction de « bateaux sous-marins » et de « torpilleurs autonomes submersibles ». Au milieu des conflits d'intérêts, des querelles d'experts ou de personnes, des revirements politiques, la Normandie, particulièrement Cherbourg et son arsenal, joue un rôle crucial. Retour sur la naissance d'une spécialisation à la renommée planétaire.

Voilà un siècle que la Marine Nationale s'intéresse de près aux perspectives qu'offre la navigation sous-marine. Dès 1800, l'ingénieur américain Robert Fulton (1765-1815) conçoit pour le compte du gouvernement français un « bateau poisson » qu'il baptise du nom de Nautilus. Cet engin rudimentaire, long de 6,50 m, effectue des essais dans la Seine à Paris, près de Rouen ensuite, en bassin et en mer au Havre enfin. Un contemporain assistant à des tests réalisés à la pointe de Caux, décrit un « bateau fermé, construit en cuivre et en bois, qui nageait pendant quelques temps entre deux eaux, après avoir plongé, et qui remontait sur l'eau à une grande distance du point d'immersion. » Sa mission consiste à venir furtivement déposer une mine sur la coque d'un navire ennemi pour le couler. Il est mû en surface grâce à une voile rétractable, et en immersion au moyen d'une hélice actionnée par la force humaine. À son bord, Fulton tente depuis Grandcamp (Calvados) quelques périlleuses opérations en pleine mer contre la marine anglaise, qui croise alors au large des côtes normandes. Échec total... Le premier consul Napoléon Bonaparte ne croit guère en l'efficacité de ce « bateau poisson » et finit par couper les vivres au projet.

Il faut attendre 1863 pour connaître en France une nouvelle tentative sérieuse de construire un submersible. Six ans avant la parution du pre...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.


 



Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand