Patrimoine normand

Château de Tancarville - Balade mélancolique

Jeudi 31 Janvier 2008
Château de Tancarville - Balade mélancolique

La cour du château de Tancarville et vue sur la tour de l’Aigle. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand)


Alexandre Vernon

Extrait Patrimoine Normand n°50
Par Alexandre Vernon.

 
La tour Coquesart. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand)
La tour Coquesart. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand)

Inexpugnable du haut de la falaise, le château de Tancarville, toujours aussi fier malgré les outrages du temps et les malversations des hommes, domine depuis des siècles la vallée de la Seine. Que d’histoires, que de transformations au cours de toutes les périodes plus ou moins troublées qu’il a traversées, ayant connu successivement le règne des ducs de Normandie, l’occupation anglaise, la guerre de Cent Ans, les guerres de religion, la soumission enfin au drapeau à fleur de lys, le saccage des révolutionnaires, puis l’abandon, la ruine !… Il aura tout vu, tout subi, ce château prestigieux que la végétation étouffe progressivement. Et voilà qu’on lui prépare une nouvelle destinée. De quoi faire trembler ses vieilles murailles démantelées…

Ce qui caractérise cet ensemble fortifié, ty­pique de l’architecture militaire moyenâgeuse, c’est son extrême diversité au milieu de laquelle, au cours de la visite, on se sent comme transporté hors du temps, à différents âges. Et l’on imagine sans peine la vaste cour actuellement gazonnée remplie de paysans de la région, de manants, de soldats et de chevaliers en armures. On croit même percevoir une intense activité et quelquefois entendre le cliquetis des armes et les sabots des chevaux sur la place empierrée. Par-delà la large terrasse triangulaire, la vallée de la Seine s’étend à perte de vue, là où jadis le large fleuve venait lécher les pieds de la falaise.
 

Tancarville : des noms illustres

Site stratégique de première importance du haut de son promontoire, ce château a connu d’illustres propriétaires, de brillants attelages et de suites royales. D’abord lors de ses murailles d’origine au XIe siècle avec Raoul, chambellan de duc de Normandie qui était ni plus ni moins que le gouverneur du jeune Guillaume, le futur Conquérant, roi d’Angleterre, puis de père en fils tous les chambellans des ducs de Normandie : les Raoul, Guillaume de Tancarville, Rabel, Robert, et ceux de la maison de Melun quand Jeanne de Tancarville, unique héritière, épousa en 1316 Jean de Melun, dont le fils Jean devait devenir comte de Tancarville. En 1417, le château passa aux mains des Harcourt par le mariage de la comtesse Marguerite de Tancarville avec Jacques de Harcourt, toujours fidèle au roi de France, et en particulier au roi Charles VII qui, après avoir chassé les Anglais de France, vint fêter sa vic..

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand