Patrimoine normand

Nonant-le-Pin - La Normandie, terre de déchets ?

Samedi 13 Octobre 2012
Nonant-le-Pin - La Normandie, terre de déchets ?

GDE (Guy Dauphin Environnement) veut implanter à Nonant-le-Pin (Orne) un immense centre de broyage et de stockage de déchets automobiles.  Thierry Georges Leprévost)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°83.
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Nonant-le-Pin, terre d’élevage. (© Thierry Georges Leprévost)
Nonant-le-Pin, terre d’élevage. (© Thierry Georges Leprévost)

On connaît la Normandie, terre du cheval. Il va falloir prendre en compte l’implantation au cœur de l’Orne verte d’un site d’enfouissement de déchets automobiles et industriels. Au beau milieu des haras les plus prestigieux.

L'affaire traîne depuis 2006, quand Guy Dauphin Environnement (GDE) jette son dévolu (selon lui pour des raisons géologiques) sur des terrains de Nonant-le-Pin, afin d'y implanter sa nouvelle unité. Le libellé est attractif, il sent bon la chlorophylle et le développement durable : ce sera une « plateforme environnementale ». En fait, sur 170 hectares vendus trois fois leur prix par leurs propriétaires (dont certains élèvent des chevaux), il s'agit du plus grand centre européen de recyclage. 90 000 tonnes de déchets ultimes y seront stockés chaque année, et 60 000 tonnes de résidus industriels, soit 2,34 millions de tonnes pendant les 16 années d'exploitation envisagées ; de quoi séduire une partie de la population locale, car 15 à 20 emplois sont suspendus à la clé de la double barrière à écharpe (on ne peut pas faire plus normand !) qui barre déjà l'entrée du site.

L’opposition de la population s’accroît de jour en jour. (© Thierry Georges Leprévost)

L’opposition de la population s’accroît de jour en jour. (© Thierry Georges Leprévost)

De l'autre côté, des inquiétudes. Juste derrière le cimetière, le terrain n'est à vol d'oiseau qu'à 600 mètres du clocher de Nonant ; les propriétaires de maisons craignent un effondrement de la valeur de leurs biens. La noria de camions qui assurera le trafic des déchets empruntera la route Rouen-Alençon, très rapide, très fréquentée et potentiellement génératrice d'accidents. L'enfouissement des déchets pourrait menacer les eaux de ruissellement de cette zone où coulent trois rivières : l'Ure et la Dieuge qui se jettent dans l'Orne. Et que dire de la profusion de haras privés qui entourent les lieux ? À six kilomètres du Haras National du Pin, ce ne sont qu'élevages de Trotteurs et de Pur Sang, prairies et pistes d'entraînement ; ici plus qu'ailleurs la région vit du cheval ; le secteur équin est même en croissance permanente, un exploit en ces temps de crise. Pour 20 emplois créés par la décharge, combien disparaîtront ? Les associations évoquent les poussières de métaux, les oxydes, les risques d'incendie, de pollution, et avancent le principe de précaution, car il n'existe en France aucun pré...
 

Il vous reste 50 % de cet article à lire.


 



Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand