Patrimoine normand

Arlette de Falaise - La jeune fille de la fontaine

Jeudi 12 Juillet 2012
Arlette de Falaise - La jeune fille de la fontaine

Falaise. Bas-relief immortalisant la célèbre rencontre entre Arlette et Robert le Magnifique, par le sculpteur A. Lerond. (© Stéphane William Gondoin)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°82
Par Stéphane William Gondoin.

 
Falaise. La fontaine d'Arlette. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Falaise. La fontaine d'Arlette. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Statue de Robert le Libéral, également surnommé « le Magnifique ». (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Statue de Robert le Libéral, également surnommé « le Magnifique ». (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

À Falaise, le val d'Ante fait inévitablement songer au « trou de verdure » immortalisé par Arthur Rimbaud. Ici, à l'ombre de la vieille forteresse et des à-pics vertigineux du Mont Myrrha, s'écrivirent il y a près de mille ans les premières pages de la légende dorée de Guillaume le Conquérant.

Le texte le plus ancien relatant la rencontre entre le duc de Normandie Robert le Libéral (1027-1035) et la mère de Guillaume, remonte au premier tiers du XIIe siècle. Sous la plume du moine anglais Guillaume de Malmesbury, le prince remarque une jeune fille pendant qu'elle danse. Son exceptionnelle beauté l'envoûte immédiatement et « rongé par le désir, il s'arrange pour la rencontrer. » La légende s'enrichit considérablement entre 1160 et 1170 dans le Roman de Rou, œuvre du poète jersiais Wace. Mais il nous faut attendre les années 1170 et l'Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, pour qu'elle prenne la forme aboutie que nous lui connaissons de nos jours.

 

Il était une fois...

Faucon au poing, Robert le Libéral revient à Falaise après une partie de chasse dans les forêts des alentours. En passant par le val d'Ante, il aperçoit un groupe de demoiselles lavant du linge dans l'eau claire de la rivière. Parmi elles, une nymphe resplendissante lui apparaît « sage et aimable et vertueuse et belle, blonde, avec beau front et beaux yeux ». La foudre traverse immédiatement son cerveau et lorsqu'il a regagné sa forteresse, il n'a plus qu'une seule idée en tête : obtenir un rendez-vous galant avec celle que Benoit appelle « Alrez » et Wace « Arlot » (moderne Arlette). Le soir même, il dépêche son chambellan auprès des parents, simples mais honnêtes bourgeois de Falaise. Le père a un sens poussé de l'honneur : duc de Normandie ou pas, il est hors de question de céder sa fille sans la promesse d'un mariage en bonne et due forme. Mais comment lui, modeste artisan, pourrait-il résister à la volonté d'un aussi puissant personnage ? On lui fait miroiter mille et un avantages, comme la perspective d'une belle promotion sociale... Arlette n'est par ailleurs nullement insensible à la perspective de partager le lit ducal. Bref, on pèse le pour et le contre, on marchande et on finit par s'accorder. Comme la nuit tombe, l'officier ducal propose d'emmener en toute discrétion Arlette au château. Il souhaite ainsi lui épargner les commérages malveillants du voisinage. Elle refuse tout net : « Je n'ai nullement l'envie, quand le duc me mande à lui, qu'il requiert et exige ma présence, d'y aller comme une fille à soldats ou comme une pauvre chambrière. » Et qu'on lui ouvre la porte principale du château, parbleu !

 

Falaise. Le château fort et le val d'Ante, depuis le sommet du mont Myrrha. (© Stéphane William Gondoin) 

Falaise. Le château fort et le val d'Ante, depuis le sommet du mont Myrrha. (© Stéphane William Gondoin)

Naissance d'un chef

C'est donc en grand apparat, juchée sur un palefroi, qu'elle pénètre dans l'enceinte de la forteresse. Ah ! comme elle est magnifique dans ses habits de fête, la fille du bourgeois de Falaise. Son abondante chevelure liée par un fin bandeau argenté, retombe en mèches blondes sur sa pelisse grise. Devant Robert, elle se fait humble et complice. Les deux amants parlent longtemps, se découvrent, s'apprivoisent, puis s'abandonnent l'un à l'autre. Mais en pleine nuit, Arlette s'éveille en poussant un cri. Elle a fait un rêve étrange : un arbre est sorti de ses entrailles et a re...

 

Il vous reste 86 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand