Patrimoine normand

Manoir du Marais et Commanderie de Valcanville, ferme du Houguet à Réville

Jeudi 31 Janvier 2008
Manoir du Marais et Commanderie de Valcanville, ferme du Houguet à Réville

Manoir du Marais à Valcanville, la Commanderie de Valcanville, la ferme du Houguet à Réville. (Photos de Jean-Xavier de Saint-Jores © Patrimoine Normand)


Jean-Xavier de Saint-Jores

Extrait Patrimoine Normand n°54.
Par Jean-Xavier de Saint-Jores.

 

Pour faire suite au précédent numéro de votre revue, nous allons continuer d'explorer le Val de Saire, en découvrant la Commanderie et le manoir du Marais de Valcanville, ainsi que la ferme-manoir du Houguet sur la commune de Réville.

Le manoir du Marais à Valcanville - L'entrée principale par le chemin d'accès au porche, à noter la tour carrée et son échaugette. (Photo de Jean-Xavier de Saint-Jores © Patrimoine Normand)

Le manoir du Marais à Valcanville - L'entrée principale par le chemin d'accès au porche, à noter la tour carrée et son échaugette. (Photo de Jean-Xavier de Saint-Jores © Patrimoine Normand)

Le manoir du Marais à Valcanville

Visible depuis la route, le manoir du Marais offre à la vision une masse imposante, dont le caractère défensif propre aux constructions locales du XVIe siècle est ici particulièrement criant. En effet, après avoir emprunté un court chemin d'accès, le visiteur se trouve face à un porche à double entrée, piétonne et charretière, qui s'appuie sur l'élévation du bâtiment principal. Une tour carrée, a priori du XVIe siècle, flanquée d'une échauguette qui permet l'accès à son dernier niveau, domine l'ensemble des constructions. Deux adjonctions plus récentes, de part et d'autre de cette tour, en amoindrissent le caractère spectaculaire. De façon inhabituelle, l'échauguette ne prend pas naissance sur un culot de pierre, mais s'appuie sur un piétement maçonné depuis le sol. D'imposantes murailles aveugles se prolongent au-delà des bâtiments d'habitation et d'exploitation ; elles délimitent un ancien clos ou verger-potager et font aussi office de coupe-vent. Une fois à l'intérieur de la cour, délimitée par des murs de protection en grande partie conservés, on découvre deux bâtiments disposés en équerre, dont les façades méritent toute l'attention à plus d'un titre.

L'actuelle habitation présente une élévation en moellons de granit parfaitement équarris, dans laquelle ont été repercées, vraisemblablement au XVIIIe siècle, toutes les ouvertures utilisées encore aujourd'hui (8 fenêtres et 2 portes). L'examen attentif de cette façade permet malgré tout d'entrevoir l'aspect originel de cette bâtisse. L'ancienne porte en plein cintre a été bouchée ainsi que la petite fenêtre décorée qui la surplombe. De part et d'autre des baies modern es se distinguent deux petites ouvertures carrées, bouchées aussi, qui faisaient autrefois office d'éguet. La lucarne à fronton triangulaire décorée de cabochons, n'a pas subi de transformations. L'extrémité droite de ce bâtiment était autrefois percée d'une large porte à linteau cintré qui ouvrait certainement sur des lo...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand