Patrimoine normand

Le Cotentin à la pointe du patrimoine linguistique normand

Jeudi 31 Janvier 2008
Le Cotentin à la pointe du patrimoine linguistique normand

À gauche, Rémi Pézeril, directeur de publication de La Voix du Donjon, en pleine séance de travail de l’association Magène(Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°56
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Couverture de La Voix du Donjon. (DR)
Couverture de La Voix du Donjon(DR)

On ne s’en rend pas toujours bien compte : les associations culturelles régionales effectuent un travail discret, opiniâtre et prolongé qui finit par porter ses fruits. Témoins de cet effort, deux publications récentes, l’une à Bricquebec, l’autre à Coutances, qui relèvent l’une et l’autre d’une volonté commune de protéger, développer, faire vivre not’ loceis. Saluons le travail de ces Normands passionnés qui, sans compter, donnent de leurs forces et de leur temps pour sauvegarder un pan essentiel de notre patrimoine culturel : sa langue.

Quand La Voix du Donjon devient La vouée du Dounjoun

Nos lecteurs connaissent bien désormais l’association Les Amis du Donjon et leur publication trimestrielle La Voix du Donjon, qui nous a déjà offert le plaisir de lire en normand la légende des Oies de Pirou. Cette fois, l’équipe rédactionnelle animée par Rémi Pézeril va plus loin avec la publication d’un premier numéro hors série intégralement rédigé en normand (avec toutefois en marge la traduction en français de certains mots et expressions parmi les moins usités, qui pourraient être mal interprétés). Ce numéro spécial intitulé Histouères, diries et pouèmes est dû à la plume alerte et érudite des membres de l’Assemblée normande des Amis du Donjon, qui s’est spécialisée dans l’étude et la mise en valeur du parler régional.

Ainsi pouvons-nous découvrir 27 textes originaux de rédaction récente (la plupart ont moins de cinq ans) sur des sujets variés, teintés selon le cas d’humour ou de gravité, dans la plus pure tradition du texte libre cher à la pédagogie Freinet. Et le résultat est prodigieux ! On nous parle tour à tour d’oiseaux, de fleurs, de lierre, d’œufs, de chasse et de pêche ; ou bien d’araignées, d’arbres et de vaches ; ou encore d’un hérisson, et même d’un phoque et d’un marsouin ! Mais, pour ceux qui croiraient que le normand est limité et ne peut exprimer que des réalités campagnardes et concrètes, il faut aussi lire les histoires de travail et d’administration, de progrès technologique, de maladies, de vaches folles, de guerre et de rats, d’occupation, de déportation et de mort. Et puis, de la poésie en prose : l’amitié, le temps qu’il fait, le football, l’aube, le printemps, l’ar...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand