Patrimoine normand

Comité Gilles de Gouberville : vingt ans au service de Gilles Picot

Jeudi 31 Janvier 2008
Comité Gilles de Gouberville : vingt ans au service de Gilles Picot

Gilles Picot, sieur de Gouberville. (© Patrimoine Normand)


Jean-Xavier de Saint-Jores

Extrait Patrimoine Normand n°59
Par Guy Deschamps.

 

Pour les amoureux de l’histoire, quel bonheur serait de pouvoir s’offrir un petit voyage dans le passé en guise de vacances !

C’est pourtant, comme l’exprime on ne peut mieux Madeleine Foisil, la possibilité qu’offre un petit seigneur normand d’autrefois dont le vieux grimoire (ultérieurement rebaptisé journal), « tel une caméra, aujourd’hui, » permet aux initiés « de regarder et de voir en direct la vie de tous les jours d’il y a quatre cents ans… [Une œuvre qui] dans son génie et sa monotonie, nous met au cœur de la campagne normande, au XVIe siècle. »
 

Les sources de la Saire, au Mesnil-au-Val. (Photo Anne Bonnet © Patrimoine Normand) 

Les sources de la Saire, au Mesnil-au-Val. (Photo Anne Bonnet © Patrimoine Normand)

Mais qui était vraiment ce personnage ?

Pour ceux qui n’auraient pas lu les articles que Patrimoine Normand lui a déjà consacrés, il suffira de rappeler comment la revue présentait Gilles Picot, sieur de Gouberville dans son N° 43 : « Gilles de Gouberville, né en 1521 au Mesnil-au-Val (50) [où il mourut en 1578], était ce qu’on appelle un gentilhomme campagnard, qui s’occupait principalement de son domaine personnel, tout en exerçant pour le roi, la charge de lieutenant des Eaux et Forêts. ».

Cependant, plus d’un siècle après la découverte et la révélation, en 1870, de ses écrits par l’abbé Tollemer, et malgré les efforts de Claude Blanguernon et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, autour de 1970, pour le sortir des brumes de l’oubli où il s’enlisait, il demeurait encore largement méconnu. À part les historiens chevronnés et quelques amateurs férus d’histoire locale, peu de monde, à vrai dire, s’intéressait alors à lui. Son nom restait assez connu parmi ses concitoyens posthumes du Nord Cotentin, certains même savaient qu’il avait rédigé “un Journal”, mais ces vagues souvenirs se diluaient proportionnellement à l’éloignement de sa région d’origine. Il faut bien reconnaître que peu de curieux avaient pris connaissance de la richesse du monument qu’il a laissé, au grand regret d’Yves Nédélec, qui a écrit, dans une de ses innombrables notes et notules concernant la Manche : « Pour la Normandie, le Journal de Gilles de Gouberville est l’équivalent de la Tapisserie de la Reine Mathilde. », se devant malheureusement de préciser aussi que, s’il est « le plus important des livres de raison », il reste « le moins connu ».

C’est justement pour tâcher, dans la mesure de ses possibilités, de remédier à cet état de fait, que le Comité Gilles de Gouberville, association de type loi 1901, s’est créé en 1986, avec pour buts :

« Favoriser l’étude du Journal (ou livre de raison) de Gilles Picot de Gouberville, qui constitue un document unique quant à l’organisation sociale et la vie rurale dans le Cotentin au XVIe siècle. »

« Promouvoir la connaissance de l’univers gouber...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand