Patrimoine normand

Le grand corbeau, hôte du Cotentin

Le grand corbeau, hôte du Cotentin

De grande taille – une soixantaine de cm pour 1,20 d’envergure – le grand corbeau porte des plumes brillantes, non pas noires, mais d’un bleu-violet irisé. Ebouriffées en éventail semi-circulaire sous la gorge, elles servent à la communication au sein d’un groupe. Les ailes sont longues et pointues, la queue carrée légèrement déployée. Plus redoutable que celui des corneilles, le bec noir recourbé constitue son arme première. Les yeux, les doigts et les pattes sont noirs. La femelle est légèrement plus petite que le mâle. (© Jean de la Py-Ouitte)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°65
Par Thierry Georges Leprévost.
 
Le cap de Carteret. Oiseau protégé, le grand corbeau fait l’objet d’une attention particulière de la part des protecteurs de la nature. Les explications destinées aux visiteurs des falaises contribuent à la connaissance de ce passereau. (© Jean de la Py-Ouitte)
Le cap de Carteret. Oiseau protégé, le grand corbeau fait l’objet d’une attention particulière de la part des protecteurs de la nature. Les explications destinées aux visiteurs des falaises contribuent à la connaissance de ce passereau. (© Jean de la Py-Ouitte)

Une forme noire déploie ses ailes en croassant, décolle et se laisse porter au vent par un vol majestueux, avant de disparaître à nouveau parmi les roches cernées d’ajoncs. Plusieurs couples de grands corbeaux ont élu domicile dans les falaises de Carteret, où ils s’imposent comme hôtes privilégiés, avec la morgue qui sied aux puissants seigneurs.

Le corvus corax ou corbeau noir, de l’ordre des passériformes, famille des corvidés, se distingue chez nous par sa rareté : 18 envols de jeunes seulement ont pu être dénombrés l’an dernier, dont quatre à Carteret (3 nés dans ses falaises auraient survécu). Ses séjours de prédilection sont divers habitats sauvages, tels que montagnes, zones boisées ou, pour ce qui nous concerne, falaises côtières et terrains bas où il niche en sédentaire : les rochers de Carteret et les grands arbres des marais de Carentan. Cet oiseau répandu dans le monde entier fait partie des espèces protégées. Le langage courant tend à appeler corbeau la simple corneille, beaucoup plus courante, mais il s’agit bien d’espèces différentes quoique apparentées. Si ces cousins se côtoient, ils ne s’apprécient guère et font souvent figure d’ennemis.
 

Un oiseau normand

Le cap de Carteret constitue en Normandie l’un des rares sites de reproduction du grand corbeau. En février-mars, de spectaculaires parades nuptiales difficiles à observer préludent à la nidification. Le nid est une sorte de grand panier de matières végétales sèches, tapissé à l’intérieur de matières douces, telles que des brins de laine de mouton, des lichens, des herbes, de la boue et du papier. Le couple est monogame, probablement uni pour la vie, et utilise le même nid d’une année sur l’autre, en le renouvelant à chaque printemps par l’apport de nouveaux matériaux. Chaque soir, il retou...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand